… Ou comment gérer sa paperasse sans devenir chauve.


Ah oui parlons-en de la paperasse ! Aucun doute : c’est toujours ce qu’on préfère n’est-ce pas ? Même pour partir en vacances, vous devez en passer par là. Et plus vous allez partir loin, plus vous allez partir longtemps et plus les démarches administratives vont s’alourdir. Tiens ! Je vous vois déjà mettre votre tête dans les mains et soupirer…

Bon allez, pour éviter que vous ne vous arrachiez trop de cheveux ou de poils de barbe (ou les deux), je vais vous aider avec une petite liste toute mignonne qui vous donnera presque envie de vous y mettre et qui surtout, vous permettra de ne rien oublier !  

Pour commencer, voici la liste de tous les papiers dont vous pouvez avoir besoin en voyage. Vous n’aurez que rarement besoin de toute la liste ; ça dépendra essentiellement de votre destination et de la manière dont vous allez voyager. Cliquez sur chacun des documents pour savoir dans quels cas ils vous seront nécessaires et comment vous les procurer :

A la fin de cet article, vous trouverez également des conseils et infos sur comment gérer ses papiers en voyage, ainsi qu’un tableau récapitulatif de toutes les démarches à entreprendre.

Let’s go !

Note : ici, je vais principalement m’adresser aux voyageurs français. Je ne connais pas assez bien les démarches administratives des autres pays francophones pour pouvoir en parler sur ce blog.

Le Visa

Dans quels cas en ai-je besoin ?

En fonction de votre destination, vous n’aurez pas nécessairement besoin d’un visa. La première chose à faire est donc de vous renseigner sur les formalités administratives demandées par le pays où vous vous rendez. Pour cela, je vous renvoie sur le site du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Voici les deux cas de figure où vous pourrez généralement vous passer de visa :

Union européenne

Si vous êtes ressortissants de l’Union Européenne et que vous vous rendez dans un pays de l’Espace économique européen, vous n’en aurez pas besoin et pourrez circuler librement autant de temps que vous le voudrez. En ce qui concerne le Royaume-Uni, vous pouvez également circuler librement sans visa si vous partez moins de six mois que vous ne voyagez pas pour des raisons professionnelles.

Voyage à courte durée

Dans d’autres pays, vous pourrez également vous en dispenser si vous voyagez pour une courte durée (c’est le cas de presque tous les états d’Amérique latine et de bon nombre de destinations d’Asie du sud-est). La durée minimum de séjour sans visa dépend des pays.

Dans certaines destinations, ils ne vous demanderont qu’une simple autorisation de voyage (c’est le cas des Etats-Unis, du Canada ou encore de l’Australie). Dans ce cas, c’est beaucoup plus simple qu’un visa : vous n’avez qu’à remplir un formulaire sur internet et attendre quelques jours pour que celui-ci soit validé. Ce formulaire est généralement payant mais les prix varient en fonction de la destination.

De quel visa ai-je besoin ?

Tout d’abord, vous devez regarder quel type de visa il vous faut.

Le visa classique

Certains pays vont vous délivrer un visa à votre arrivée. Mais dans la majeure partie du temps, il vous faudra le demander avant de partir : c’est ce qu’on appelle « le visa classique ».

Les visas particuliers

Dans le cas où vous ne voyagez pas pour le tourisme, il y a de fortes chances que vous ayez besoin d’un visa particulier (pour les affaires, si vous êtes étudiants ou si vous souhaitez partir en PVT par exemple).

Pour un tour du monde

Si vous partez pour un tour du monde, il vous faudra certainement plusieurs visas. Pour plus d’informations à ce sujet, je vous renvoie à tourdumondiste.com, un site très complet sur le sujet.

–> Tous les visas sont payant. Le prix varie en fonction de votre destination.

Combien de temps dure mon visa ?

Que ce soit une simple autorisation de voyager, un visa classique ou un visa qui vous sera délivré à votre arrivée sur le territoire, votre séjour aura une durée limitée. Cette durée dépendra encore une fois de votre destination.

Si vous souhaitez rester plus longtemps, il vous faudra alors renouveler votre visa sur place. Attention, certains pays n’autorisent pas le renouvellement de visa ou d’autorisation de voyage pour le tourisme (c’est le cas de l’Inde notamment, ou de la Russie).

Par ailleurs, il faut distinguer la durée de validité de votre visa, de la durée autorisée d’un séjour. Dans certains pays, ce ne seront pas les mêmes. Prenons un exemple : si vous partez en Mongolie, la validité de votre visa est de trois mois, mais la validité de votre séjour sur le territoire n’est que de 30 jours. Cela veut dire que vous pourrez vous rendre en Mongolie n’importe quand durant ces trois mois, mais que vous ne pourrez pas y rester plus de 30 jours consécutifs.

Où se procurer un visa ?

Pour un visa classique

Si on vous demande de faire un visa classique (avant de partir, donc), vous devrez en faire la demande à l’ambassade ou le consulat du pays concerné.

Vous devrez alors remplir un formulaire et on vous demandera un certain nombre de documents, en fonction du visa que vous demandez. Quoi qu’il en soit, il vous faudra au moins votre passeport et des photos d’identité récentes.

Les délais d’obtention d’un visa ne sont pas très longs. En général, il faut compter une à deux semaines.

Les visas délivrés à l’arrivée

Dans le cas où le visa ne vous ait demandé qu’une fois sur place, il vous faudra payer votre entrée sur le territoire à votre arrivée (le plus souvent à l’aéroport). En échange de quoi, on vous délivrera un document qui prouvera que vous êtes autorisés à y circuler. Prévoyez de la monnaie locale car dans certains endroits, il n’est pas possible de payer par carte bancaire.

–> Dans le cas d’un PVT (permis vacances travail), je vous renvoie à ce site : pvtistes.net.

Le Passeport

Si vous partez dans un pays membre de l’Union européenne, vous pouvez voyager avec votre simple carte d’identité, même si vous prenez l’avion.

En revanche, pour tous les autres pays, le passeport sera obligatoire.

Vérifier la validité de son passeport

La première chose à faire, c’est de vérifier sa validité.
Le point essentiel : ne pas s’y prendre au dernier moment.

Si une semaine avant de partir vous vous rendez compte que votre passeport est périmé, vous pourrez sans doute dire adieu à vos vacances.

Par ailleurs, sachez que votre passeport doit être encore valide six mois après la date de fin de votre séjour.

–> Exemple : votre voyage se termine le 10 juillet 2021 ; la date de validité de votre passeport doit donc au moins perdurer jusqu’au 10 janvier 2022. Cependant, cette date peut varier en fonction des destinations.

Vérifiez également qu’il reste des pages vierges à la fin, pour que les agents des douanes puissent le tamponner. Si ce n’est pas le cas, vous devrez faire la demande d’un nouveau passeport (dans ce cas, vous pouvez le renouveler gratuitement).

Aujourd’hui, la plupart des frontières demandent des passeports biométriques. Ces passeports sont munis d’une carte électronique contenant toutes les informations liées à votre identité : état civil, photo et empreintes digitales. Vous n’aurez normalement pas à vous inquiéter de cela puisque depuis 2009, tous les passeports délivrés en France sont biométriques. Le vôtre le sera donc forcément.

Où faire la demande d’un passeport ?

Si vous ne possédez pas de passeport ou que vous devez le faire renouveler, il faudra effectuer votre demande en mairie. Vous pourrez, au préalable, remplir une pré-demande en ligne, via le site de l’ANTS. Cela vous fera gagner un peu de temps sur place.

Les passeports sont payants. Il faudra donc vous procurer un timbre fiscal, que vous pouvez acheter en ligne. Cela vous coûtera 86 euros. Un timbre fiscal = un passeport.

Lorsque vous vous rendrez en mairie, vous devrez avoir rassemblé un certain nombre de documents. Ce ne seront pas les mêmes en fonction de votre situation. Pour connaître les pièces à fournir, rendez vous sur le site du gouvernement. Cochez les cases en fonction de votre situation, et la liste des pièces apparaîtra.

Une fois votre demande établie, le délai d’obtention de votre passeport sera plus ou moins long. Parfois, cela prend deux semaines, parfois cinq, voire plus. Pour être sûrs et certains de l’avoir avant de partir, prévoyez de faire la demande minimum deux mois avant.

Une fois votre passeport en poche, il sera valide dix ans si vous êtes majeur (et cinq ans pour les mineurs).

Le permis de conduire

A partir du moment où vous souhaitez voyager avec un véhicule, vous devez avoir un permis de conduire sur vous.

Quel type de permis ?

Il y a trois cas de figure selon le pays où vous vous rendez :

  • Votre simple permis français est accepté. Ici, pas de problème : vous n’aurez aucune démarche à entreprendre. [Attention cependant à la limite d’âge requise pour conduire qui n’est pas toujours la même en fonction des destinations. La plupart du temps, il faudra aussi que votre permis ait une certaine ancienneté (Exemple : votre permis ne sera pas valable aux Etats-Unis s’il date de moins d’un an)].
  • Le pays demande un permis international en plus de votre permis français. Il s’agit en fait de la traduction officielle de votre permis dans six langues différentes : anglais, espagnol, français, russe, chinois et arabe. Vous devrez alors en faire la demande. Attention : Le permis international ne fonctionne que si vous êtes en possession de votre permis français. Vous devrez donc présenter les deux systématiquement.
  • Aucun des deux permis n’est accepté. Dans ce cas vous devrez faire la demande d’un permis une fois sur place, accompagnés de votre permis français. La plupart du temps, il ne s’agit que de quelques formalités administratives (je vous rassure, vous n’aurez pas besoin de passer un autre permis de conduire sur place).

Où faire la demande d’un permis de conduire international ?

Pour faire la demande d’un permis international, il faut passer par le site de l’ANTS. Vous devrez alors faire une pré-demande en ligne et fournir numériquement un justificatif d’identité, un justificatif de domicile et votre permis de conduire français.

Le délai d’obtention du permis est variable, mais ne vous y prenez pas au dernier moment. Cela peut être très rapide comme très long. Comptez bien trois mois pour être certains de l’avoir.

En France, le permis international est gratuit et valable 3 ans.

La couverture santé et l’assurance voyage

La carte européenne d’assurance maladie

Dans tous les pays de l’Union européenne, votre Carte européenne d’assurance maladie peut suffire. Elle vous permettra de faire valoir votre appartenance au régime de la sécurité sociale et donc, d’être pris en charge pour d’éventuels frais médicaux sur place.

Vous pouvez en faire la demande via votre compte ameli, au minimum deux semaines avant votre départ. Elle sera valable deux ans.

Toutefois, votre carte ne vous couvre pas en cas de rapatriement en urgence. De plus, les remboursements des frais de santé seront basés sur la convention de la sécurité sociale. Cela signifie que si les frais médicaux sont plus chers à l’étranger, vous allez devoir en payer une bonne partie de votre poche.

Pour partir vraiment sereins (surtout si c’est un long voyage), vous pouvez donc décider de souscrire en plus à une assurance voyage.

L’assurance voyage

Si vous voulez compléter votre carte européenne d’assurance maladie, ou si vous partez hors Europe – où vous ne serez pas couverts par l’assurance maladie – il vous faudra prendre une assurance voyage.

À quoi sert-elle ?

Il est important de ne pas négliger cette assurance. Beaucoup font l’impasse pour économiser mais ne se rendent pas compte que s’il leur arrive le moindre petit bobo qui nécessite un médecin sur place, ils vont devoir prendre en charge les frais complètement. Et si vous partez trois mois et que vous vous blessez à la deuxième semaine, ça risque de faire un trou dans le budget pour le restant du voyage, et pas un petit !

L’assurance voyage vous permettra non seulement d’être couverts pour les frais de santé, mais également pour vos bagages, la perte de vos papiers d’identité ou encore le remboursement d’un séjour interrompu. Vous aurez également une garantie responsabilité civile.

Laquelle choisir ?

Pour notre voyage aux Etats-Unis, nous avions choisi Chapka assurance, qui nous avait été chaudement recommandée par quantité de voyageurs. Du coup, on ne s’est pas posés de question et nous n’avons pas été comparer ailleurs. C’est celle qui propose les meilleures garanties et le prix n’est pas exorbitant. Pour un voyage de trois mois, c’est ce qu’il nous fallait. En revanche, si vous partez moins de temps, j’ai entendu dire que AVA était très bien aussi. Faites des devis, et voyez ce qui est le mieux pour vous ! 

Les assurances de cartes bancaires

Certaines cartes bancaires permettent d’être bien assurés. Toutefois, elles couvrent rarement la totalité des risques. Et pour un voyage hors Europe, personnellement ça me paraît insuffisant. Renseignez-vous à ce sujet en regardant quelles assurances sont proposées avec votre carte bancaire.

Les vaccins et ordonnances en voyage

Les vaccins

Selon le pays où vous vous rendez, vous n’aurez pas toujours besoin de faire de vaccins. Là aussi, il faut vous renseigner.

Tout d’abord, vérifiez au moins que vous êtes à jour dans les vaccins recommandés en France. Surtout si vous partez loin.

Le seul vaccin obligatoire est celui contre la fièvre jaune. Il vous sera demandé pour certains pays d’Afrique ou d’Amérique latine. Dans ce cas, votre médecin vous remettra un « carnet de vaccination jaune« , que vous devrez emporter avec vous comme preuve de cette vaccination.

Enfin, même si les vaccins ne sont pas obligatoires, vérifiez toujours lesquels sont recommandés (typhoïde, rage, hépatite A…). Après, libre à vous de vous faire vacciner ou non.

Pour justifier de vos vaccins, vous pouvez emmener avec vous votre carnet de vaccination (ou carnet de santé) pendant votre voyage.

Attention, il faut bien prendre en compte le délai durant lequel le vaccin n’est pas encore efficace. Par exemple, si vous vous faites vacciner contre la fièvre jaune, il vous faudra attendre un mois avant que ça ne commence à vous protéger correctement. Certains vaccins nécessitent également plusieurs injections. Il vaut donc mieux s’y prendre le plus tôt possible.

–> Si vous partez dans un pays à risque, le mieux reste d’aller rendre visite à votre médecin au plus vite et de lui demander conseil.

Les ordonnances

Si vous prenez un traitement régulier, qui nécessite la prise de stupéfiants (ex : médicaments contenant des dérivés de l’opium), il vous faudra une ordonnance de votre médecin. Sans cela, vous aurez des problèmes aux douanes.

Si vous êtes diabétiques, il vous faudra également une attestation médicale qui certifie que vous êtes autorisés à vous servir de seringues.

Un conseil : si vous souhaitez alléger vos bagages et enlever les médicaments de leur boîte, n’oubliez pas d’emporter les notices, c’est toujours utile ! Et notez le nom du médicament sur chaque plaquette pour ne pas vous tromper.

La question de l’argent

Si vous voyagez dans un pays de la zone euro, vous n’aurez aucun problème avec l’argent. Non seulement vous n’aurez pas besoin de changer votre devise, mais vous n’aurez en plus aucun frais bancaire liés à vos retraits et paiements.

En revanche, ça se complique pour les pays hors zone euro…

L’argent liquide

Echanger de la monnaie locale

Tout d’abord, prévoyez toujours de partir avec un peu de monnaie locale. Lorsque vous arriverez sur place, vous en aurez très souvent besoin (payer un taxi, machines à café, donner un pourboire, acheter à manger ou à boire…). De plus, dans certains pays, l’utilisation de la carte bancaire n’est pas aussi généralisée qu’en France.

Pour obtenir de la monnaie locale, vous devez vous rendre dans un bureau de change. Vous pouvez en faire la demande auprès de votre banque, mais cela vous reviendra bien plus cher car les taux de change seront moins avantageux. Il est conseillé de faire le tour des bureaux de change pour les comparer et définir celui qui a le taux de change le plus intéressant. Vous pouvez également le faire en ligne via ce site (pratique si vous n’habitez pas dans une grande ville).

Effectuer des retraits d’argent

Une fois que vous êtes à destination et que vous avez besoin de retirer de l’argent, préférez retirer de grosses sommes à chaque fois. En effet, pour chaque retrait, la banque va vous facturer des frais qui grimpent en moyenne de 2 à 3% de votre montant selon votre établissement. De plus, elles vont aussi parfois prendre 1 ou 2€ de commission fixe sur chacun de vos retraits. Donc plus vous allez vous rendre au distributeur, plus vous allez perdre de l’argent. Si vous voyagez en Europe, essayez d’aller retirer au maximum dans votre banque, cela vous évitera de payer ces frais bancaires.

En plus de la commission prise par votre établissement bancaire, la banque étrangère où vous effectuez votre retrait peut vous retirer également un certain montant, donc autant vous dire que les frais peuvent vite grimper.

Bon à savoir : regardez avant de partir si votre banque a des accords avec le pays dans lequel vous partez. Si c’est le cas, vous pourrez retirer de l’argent dans les banques partenaires sur place. Celles-ci ne vous ponctionneront pas de frais supplémentaires.

La carte bancaire

Il y a plusieurs paramètres à prendre en compte lorsque vous partez à l’étranger avec votre carte bancaire. Pour être certains de ne pas avoir de problèmes sur place, mieux vaut s’informer à l’avance. Voici ce que je vous conseille de faire :

1) Vérifiez que vous êtes bien en possession d’une carte internationale (VISA ou MasterCard la plupart du temps).

2) Vérifiez également que vous êtes autorisés à faire des paiements et retraits à l’étranger.

3) Contactez votre conseiller bancaire pour l’informer que vous partez à l’étranger. Sinon, la banque risque de bloquer votre carte dès que vous allez retirer sur place (surtout si vous vous trouvez dans un pays à risque).

4) Enfin, vérifiez le montant de vos plafonds, afin d’être sûrs de ne pas les dépasser. Si vous souhaitez les modifier, voyez également avec votre conseiller bancaire.

Sachez que, tout comme lors de vos retraits d’argent, vous devrez également payer des frais bancaires pour vos paiements par carte.

Toutefois, il existe un moyen d’éviter tout cela.

Opter pour une néo-banque

Qu’est-ce que c’est ?

Une néo-banque, à la différence des banques traditionnelles, ne se gère qu’à partir d’internet, et le plus souvent, via une application mobile. Si vous êtes familiers avec les smartphones, cela peut être une solution avantageuse en voyage.

Pourquoi ? Parce que ces néo-banques ne font payer aucun frais bancaire. Plutôt cool non ?

Laquelle choisir ?

Il en existe de nombreuses aujourd’hui : Revolut et la N26 sont les plus populaires et certainement les plus avantageuses, mais elles sont étrangères. En France, il existe Nickel.

Personnellement, nous avons décidé d’ouvrir un compte chez la N26 et nous en sommes très satisfaits.

L’exemple de la banque N26

L’inscription est rapide, l’application efficace et les services sont effectivement très avantageux. N26 propose trois offres différentes, dont une gratuite (mais peu avantageuse en voyage).

Par ailleurs, la N26 dispose d’un fond de garantie à hauteur de 100 000€ en cas de faillite. Votre argent sera donc couvert. L’accès au compte est également sécurisé, soit par un mot de passe, soit par empreinte digitale.

En fonction de l’offre à laquelle vous souscrivez, la N26 propose en plus une couverture assez intéressante en voyage : assurance santé, bagages, retard ou annulation de vol et assurance en cas d’annulation du séjour. Cependant, comme je l’ai dit plus haut, cela ne remplace pas une assurance voyage complète : la responsabilité civile ou l’assistance rapatriement notamment, ne sont pas prévues par la N26. A vous de voir si cela peut vous suffire, en fonction de là où vous partez.

Dans quels cas est-ce avantageux ?

Souscrire à une néo-banque ne vous sera cependant utile en voyage que si vous partez plus de une ou deux semaines par an et hors zone euro. Après, rien ne vous empêche de souscrire malgré tout à l’une de ces banques, même pour votre vie quotidienne.

En outre, mieux vaut se trouver dans un pays où vous êtes sûrs de trouver du réseau ou du wifi à peu près partout. Autrement, vous n’aurez pas accès à votre compte puisque tout est dématérialisé. À la différence des banques traditionnelles, vous ne pourrez donc pas contacter la banque par téléphone.

Téléphone et Internet

Si vous comptez partir avec votre abonnement français et qu’il ne prévoit pas les appels et SMS depuis l’étranger, vous allez payer très cher (parfois, plusieurs euros par minute). C’est pourquoi il est important de se pencher sur la question.

–> Dans tous les cas, vérifiez d’abord que votre téléphone va fonctionner dans le pays où vous vous rendez. Certains pays n’ont pas les mêmes fréquences. Pour le savoir, regardez les bandes de fréquences avec lesquelles votre téléphone est compatible (vous trouverez ces informations sur la notice de votre appareil). Puis renseignez-vous sur les bandes de fréquence valides dans votre destination.

Le cas des DOM-TOM et de l’Union européenne

Depuis 2017, aucun opérateur mobile français n’a le droit de facturer hors-forfait des appels émis (ou reçus) à destination des Dom-Tom ou de l’Union européenne. Vous pourrez donc utiliser votre téléphone exactement comme vous le faites en France, sous réserve d’un certain plafond, fixé par les opérateurs pour éviter les abus.

Cependant, il faut parfois activer une option pour pouvoir utiliser son téléphone à l’étranger ou dans les DOM-TOM. Regardez si c’est le cas chez votre opérateur.

Hors Europe : les solutions

Option n°1 : Souscrire à un abonnement français adapté

Regardez d’abord si votre forfait propose un abonnement à l’international. En France, Free et SFR vous proposent des offres à des prix très avantageux avec appels et SMS illimités + un certain nombre de Go internet.

Attention toutefois de bien vérifier que votre destination est incluse dans l’offre. Pour certains pays, il vous sera difficile de trouver un abonnement français avantageux.

Option n°2 : Souscrire à un abonnement local

Dans le cas d’un voyage à longue durée, vous pouvez également décider, si cela vous semble plus avantageux, de souscrire à un abonnement local.

Dans ce cas, renseignez-vous en amont sur les différentes offres d’abonnement proposées par votre destination. Vous pourrez ensuite commander votre carte SIM en ligne. Vous pouvez également vous rendre chez l’opérateur de votre choix une fois sur place.

Attention : il faudra bien penser à faire débloquer ou « désimlocker » votre téléphone. En effet, lorsque vous l’achetez, votre mobile est « bloqué » afin de n’être utilisé que pour un seul opérateur. Pour le débloquer, faites une demande à votre opérateur d’origine, soit en vous rendant dans l’une de leur boutique, soit en contactant le service client.

Option n°3 : Utiliser le Wifi gratuit

Aujourd’hui, il est devenu plus facile de communiquer depuis l’étranger. Si vous ne souhaitez pas changer d’abonnement, vous pouvez tout simplement trouver un lieu qui propose du Wifi gratuitement (la plupart des hôtels le proposent, mais aussi les cafés) et communiquer par visio (Skype ou Messenger notamment). Non seulement vous n’allez rien débourser, mais en plus vous pourrez voir en direct vos interlocuteurs.

Cependant, il est toujours bien d’avoir de quoi appeler sur soi, surtout si l’on voyage à plusieurs. Ça peut être utile si vous vous séparez ou que vous vous perdez de vue.

Option n°4 : acheter une carte SIM prépayée locale

Vous pouvez alors opter pour une carte SIM locale prépayée. Cette puce vous permettra d’acheter un certain nombre de minutes pour passer vos appels et aller sur Internet, sans souscrire à un abonnement. Vous pourrez la recharger quand vous le souhaitez.

Souvent, ça vous reviendra moins cher que d’appeler avec votre carte SIM française.

Pour vous la procurer, vous devrez l’acheter sur place dans un magasin dédié, de préférence en ville (à l’aéroport, attention aux arnaques).

Toutefois vous ne pourrez pas passer d’appel à l’étranger directement depuis votre téléphone (il vous faudra utiliser Skype ou Messenger). De plus, dans certains pays comme le Japon ou la Corée du Sud, il est très difficile de se procurer une carte SIM locale. Renseignez-vous donc bien avant de partir.

Un conseil : si vous ne comptez pas utiliser votre carte SIM à l’étranger, pensez bien à désactiver vos données mobiles. Autrement, votre téléphone va continuer à consommer des données !

Option n°5 : acheter une carte SIM prépayée internationale

Cette carte fonctionne selon le même principe que la carte SIM prépayée locale : vous achetez un certain nombre de crédits et de data internet et vous rechargez si besoin.

La différence, c’est que vous pourrez utiliser cette carte dans un très grand nombre de pays et que vous pourrez appeler partout où vous voulez. Très pratique si vous comptez partir en tour du monde ou voyager dans plusieurs pays différents !

Cette carte internationale sera beaucoup plus chère que la carte SIM locale, mais vous n’en achèterez qu’une. Si vous voyagez dans plusieurs pays, cela vous évitera d’acheter une nouvelle carte SIM à chaque fois et à terme, vous ferez des économies.

Vous devrez commander votre carte sur Internet avant de partir. Il existe tout un tas d’offres sur le marché. Vous pouvez par exemple regarder sur Explod, Telestial ou encore Drimsim. N’hésitez pas à comparer sur de nombreux sites pour trouver la meilleure offre.

Option n°6 : le boitier 4G

Enfin, si vous êtes de très gros consommateurs de données et que vous avez impérativement besoin d’internet partout où vous allez, vous pouvez opter pour un boitier Wi-Fi 4G (ou « Pocket Wi-Fi). Il vous permettra d’avoir une très bonne connexion, peu importe où vous vous trouvez.

Le hic, c’est que ces boitiers sont très chers. Toutefois, vous pouvez connecter jusqu’à 5 apapreils en même temps (téléphone, ordinateur, tablette…). Si vous partez à plusieurs et que vous comptez consommer beaucoup, ceci peut être la meilleure solution pour vous !

Là aussi, il existe de très nombreuses offres : My webspot, Travel Wifi, Phenix telecom, Bite bird

Appeler depuis ou vers un pays à l’étranger

N’oubliez pas que lorsque vous voulez appeler un pays étranger, il vous faudra composer le code d’accès à l’international + l’indicatif du pays que vous voulez appeler. Pour le code international, vous pouvez soit composer le « 00 », soit la touche « + ». Puis, il faudra vous renseigner sur l’indicatif, qui est propre à chaque pays.

Pour appeler la France depuis l’étranger, c’est le 33. Vous devrez donc taper, +33 ou 0033, suivi du numéro de votre interlocuteur sans le premier zéro.

Pour les DOM-TOM, pas besoin d’indicatif depuis ou vers la métropole : vous pouvez composer simplement le numéro à dix chiffres.

Les billets d’avion

Si jamais vous devez prendre l’avion et que vous avez réservé vos billets sur internet, vous recevrez alors une confirmation avec un code de réservation, que je vous conseille d’imprimer.

Mais pour pouvoir embarquer, il vous faudra d’abord vous enregistrer afin d’obtenir une carte d’embarquement. La plupart du temps, vous ne pourrez vous enregistrer que quelques heures avant de partir (ça va généralement de 24h à une ou deux heures avant selon votre compagnie).

Il est possible de s’enregistrer en ligne, en vous connectant à votre compte via votre code de réservation. Vous n’aurez plus qu’à imprimer ensuite votre carte d’embarquement. Si vous n’avez pas la possibilité d’imprimer depuis chez vous, pas de panique : vous pourrez vous enregistrer à l’aéroport, soit au comptoir, soit via une borne automatique.

Dans tous les cas, en arrivant à l’aéroport, ayez bien votre passeport à portée de main car vous devrez le présenter à plusieurs reprises. Pour plus de sérénité, ayez également votre code de réservation avec vous, il pourrait vous être demandé. Cependant, si vous l’avez perdu ou que vous ne l’avez pas sur vous, votre passeport suffira à retrouver votre réservation.

Les papiers de réservations

Lorsque vous réservez un logement, un transport ou une activité (visite guidée, parc d’attraction, canoë, festival…) sur internet, essayez soit de bien conserver le mail de confirmation, soit mieux : d’imprimer les documents. Cela vous permettra d’avoir toutes les informations de vos réservations sur vous. Question organisation, c’est plus pratique et vous n’en serez que plus tranquille.

Si vous ne souhaitez pas imprimer, vous pouvez également noter les informations essentielles (date, horaires, adresses et numéros de téléphone) dans un petit carnet ou sur votre téléphone.

Dans le cas où on vous demande des billets (pour un transport ou une activité), le mieux reste toujours d’imprimer.

Autres documents utiles

D’autres documents peuvent vous être utiles en voyage, en fonction de votre situation. Voici une petite liste (non exhaustive) de ce que vous pouvez emmener avec vous :

  • Des photos d’identité
  • Carte étudiante
  • Carte chômeur
  • Carte invalidité
  • Carte senior
  • Carte CMI
  • Carte de groupe sanguin
  • Carte routière de votre destination

Avoir un carnet d’informations utiles

Lorsqu’on voyage, il est toujours rassurant d’avoir un petit carnet avec soit, où vous aurez noté au préalable tous les numéros ou autres informations qui vous semblent utiles pour votre séjour, surtout si vous partez longtemps.

Personnellement, voici ce que je note :

  • Mon numéro de passeport
  • Mon numéro de Sécurité sociale
  • Mon numéro de contrat d’adhésion à mon assurance voyage + numéro à appeler en cas de besoin
  • Le numéro à appeler en cas de perte ou de vol de carte bancaire
  • Le numéro de ma banque (service client + mon conseiller)
  • Le numéro de mes billets d’avion + le code de réservation
  • Quand je loue une voiture : le numéro de réservation de la location, le numéro de l’agence ou du courtier auprès de qui j’ai loué le véhicule et l’adresse + le numéro de l’agence où je dois aller récupérer le véhicule.
  • Le numéro des urgences du pays où je me rends (Ex : Etats-Unis = 911)
  • Le numéro de l’ambassade française sur place
  • Les numéros et adresses de mes hébergements réservés
  • Les numéros de mes proches à contacter en France en cas de problème (+ les adresses postales de ceux à qui je compte envoyer une carte postale 😄).

Vous pouvez très bien noter tout cela sur votre téléphone si vous n’aimez pas être encombrés, mais personnellement je trouve ça plus rassurant d’avoir toutes ces informations en double, à deux endroits différents.

Comment ça se passe pour les personnes mineures ?

Si vous voyagez avec des enfants ou des jeunes de moins de 18 ans, les papiers seront les mêmes : votre enfant doit être en possession de son propre passeport (ou carte d’identité seule si vous voyagez dans l’Union européenne ou dans l’espace Schengen), d’un visa (si la destination l’exige) et de ses documents de santé (prenez bien le carnet de santé pour vos enfants).

Si votre enfant voyage sans vous (sans son père ni sa mère), il vous faudra en plus prévoir une photocopie de votre pièce d’identité, ainsi qu’une autorisation de sortie de territoire signé par l’un des deux parents. Pour l’obtenir, vous pouvez remplir ce formulaire en ligne :

Sinon, rendez vous dans votre mairie. On vous demandera un justificatif de domicile, le livret de famille, la carte d’identité (ou passeport) de votre enfant, ainsi que la vôtre. Le délai d’obtention est généralement assez court, mais prévoyez quand même de le faire en avance.


Gérer ses documents sur place

Photocopier et/ou numériser ses documents

Avant de partir, je vous conseille très fortement de photocopier et/ou de numériser vos documents les plus importants afin de les avoir en double, voire en triple. Le top du top, c’est d’en avoir une photocopie papier et une autre copie numérique sur un cloud.

Voici la liste des documents qu’il est important d’avoir au moins en double :

  • Votre passeport
  • Votre visa
  • Votre permis de conduire (ainsi que votre permis international s’il vous ait demandé), dans le cas où vous comptez conduire sur place.
  • Si vous voyagez dans l’Union européenne, votre Carte européenne d’assurance maladie
  • Vos ordonnances
  • Votre carnet de vaccination si jamais vous allez dans un pays à risque.

Où ranger ses documents ?

Deux sac à dos de voyage l'un contre l'autre.

Dans l’avion

Je vous conseille de garder les papiers originaux avec vous en cabine et de placer les photocopies de vos documents dans votre bagage en soute. Comme ça, si jamais votre bagage en soute est perdu, vous avez au moins vos documents officiels.

Si vous avez peur de vous les faire voler à l’aéroport, achetez une ceinture porte-billets que vous pouvez accrocher sous vos vêtements. Placez-y votre passeport, un peu de monnaie locale, votre carte bancaire et les autres papiers que vous ne voulez surtout pas perdre. C’est très pratique !

Sur place

Lorsque vous vous baladez, prenez plutôt les photocopies de vos documents, et laissez vos originaux dans votre hébergement (sauf dans le cas où vous avez besoin d’un permis de conduire : vous devez toujours présenter l’original).

Gardez toutes vos photocopies au même endroit, dans une pochette plastique. Et si vous sortez avec vos papiers originaux, pensez encore une fois à votre ceinture porte-billets (surtout dans les grandes villes).

Si vous emportez votre porte-feuille, pensez à le vider au maximum avant de partir. Enlevez tout ce qui vous semble inutile là où vous allez (cartes de fidélités pour certains magasins, timbres français, cartes d’adhésions…) et évitez de le laisser à portée de mains des voleurs (ne le mettez ni dans votre poche, ni dans les petites pochettes extérieures de vos sacs).

Comment faire en cas de perte/vol de l’un de mes documents ?

En ce qui concerne les documents de santé, la présentation d’une photocopie suffira. En revanche, pour les documents d’identité, ce sera un peu plus compliqué.

Si vous perdez ou que l’on vous a volé votre passeport, votre carte d’identité ou votre permis de conduire, la première chose à faire, c’est de déclarer la perte ou le vol de votre pièce auprès de l’ambassade ou du consulat le plus proche. En cas de vol, vous devrez aussi en faire la déclaration auprès des autorités locales. C’est là que les photocopies de vos documents pourront être utiles : elles vous permettront au moins de justifier votre identité. On vous remettra alors une déclaration de perte ou de vol, que vous pourrez présenter pour le renouvellement de votre document.

Une fois la déclaration faites, vos documents perdus ou volés deviennent invalides. Cela veut dire que si vous les retrouvez ultérieurement, vous ne pourrez plus vous en servir.

Le passeport et la carte d’identité :

La photocopie de votre passeport ou de votre carte d’identité ne vous servira à rien si vous devez prendre l’avion. Elle ne vous sera utile que si on vous demande votre identité sur le territoire.

–> Si vous devez rentrer en France et que vous n’avez pas le temps de faire renouveler votre passeport ou votre carte d’identité à temps, vous pouvez demander à l’ambassade ou au consulat un laissez-passer.

–> Si vous devez vous rendre dans un autre pays (dans le cas d’un tour du monde par exemple), vous pouvez obtenir un laissez-passer valable 1 an. Mais le mieux, si vous le pouvez, est de faire renouveler votre passeport au plus vite. Ce laissez-passer pourra poser problème à certaines frontières qui n’acceptent que les passeports biométriques.

Le permis de conduire :

La photocopie du ou de vos permis de conduire ne sera pas acceptée. Vous devrez donc, là aussi, vous rendre au plus vite dans une ambassade ou un consulat, où on vous remettra une déclaration de perte ou de vol. Ce document vous permettra de conduire pour une période de deux mois seulement.

La carte bancaire :

–> Si vous perdez votre carte ou qu’elle vous a été volée, vous devez tout de suite faire opposition, comme en France. Ainsi, personne ne pourra plus s’en servir (y compris vous). Pour faire votre demande, adressez-vous soit à votre banque, soit au service interbancaire d’opposition à carte bancaire (+33 442 605 303 depuis l’étranger), si votre banque n’est pas joignable. On vous donnera alors un numéro d’opposition que vous devrez conserver soigneusement.

–> Si votre carte vous a été volée, vous devrez en faire la déclaration au consulat. Ce dernier pourra potentiellement vous dépanner financièrement en argent liquide.

Enfin, faites la demande d’une nouvelle carte auprès de votre banque. Si celle-ci vous est indispensable, vous devrez attendre de la recevoir par courrier.

Pour éviter de vous retrouver sans carte bancaire durant votre séjour, le top du top est de partir avec plusieurs cartes, surtout si vous voyagez seul.

Récapitulatif des démarches à effectuer avant de partir en voyage

Pour récapituler tout ça, je vous ai crée un petit tableau où j’ai rassemblé toutes les démarches que vous pourriez être amenés à entreprendre.

Je les ai classé de manière chronologique, selon un planning idéal. Je dis bien « idéal ». J’ai bien conscience que vous n’allez pas toujours pouvoir préparer votre voyage un an avant (cependant, pour un long, voire très long séjour, je vous le conseille fortement).

Si vous devez préparer votre voyage en urgence, vous pourrez également réaliser ces démarches dans le temps qui vous est imparti. Mais cela vous coûtera parfois plus cher (surtout si vous partez en haute saison), et en ce qui concerne les documents administratifs, il faudra bien faire valoir l’urgence de vos déclarations auprès des organismes concernés.

6 à 8 mois avant de partir3 mois avant2 mois avant1 mois avant15 jours avantEnviron 24h avant
Réservation des billets d’avion Demande de permis international Demande de visa si besoinContacter sa banque pour connaître ses plafonds et informer de son départ à l’étranger.Souscription à une assurance voyage Enregistrement auprès de sa compagnie aérienne
Rendez-vous chez le médecin pour faire le point sur les vaccins si besoinDemande de passeport ou de carte d’identitéRetrait ou commande de monnaie locale auprès d’un bureau de changeDemande d’une Carte européenne d’assurance maladie si besoinRendez-vous chez le médecin pour obtenir les ordonnances des traitements importants
Réservation d’un véhicule, si jamais vous souhaitez rouler dans votre destinationAutorisation de sortie de territoire pour les mineursSouscription à un nouvel abonnement téléphonique

Voilà tout ce qu’il vous faut savoir sur les démarches administratives en voyage. J’espère qu’avec tout ça, vous aurez l’esprit plus clair et plus serein ! Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaires, je serais ravie d’y répondre !