… Ou comment se retrouver coincés entre une cartomancienne et une tapisserie psychédélique.


Après une première semaine aux Etats-Unis particulièrement mouvementée, nous avons décidé de ralentir la cadence et d’aller profiter un peu de la campagne américaine. On avait envie d’un peu de nature après notre course effrénée dans Manhattan et notre loupé à Washington.

Le mardi 9 avril 2019, jour 10 de notre road trip, nous avons donc quitté notre motel à Fredericksburg tôt le matin pour tracer notre première longue journée de route. Un petit périple à travers la Virginie, entre forêts, campagnes fleuries et coquettes petites bourgades, pour rallier la Caroline du Nord.

Au programme pour les deux jours à venir : la très jolie Blue Ridge Parkway, la petite ville branchée d’Asheville et le parc national le plus fréquenté des Etats-Unis : les Great Smoky Mountains.

La Blue Ridge Parkway

Mercredi 10 avril 2019 : plutôt que de passer par les axes principaux pour rejoindre Asheville, nous décidons d’emprunter une partie de la Blue Ridge Parkway, une route scénique qui traverse les Blue Ridge Mountains, l’une des chaînes qui forment les Appalaches. [Pour info : les routes scéniques (« National Scenic Byway » en anglais) sont des routes classées par le Ministère des Transports américain pour leur richesse culturelle et/ou naturelle.]

code

Le soleil qui éclate peu à peu dans le rétroviseur, nous partons donc rouler au milieu des montagnes. Il est 7h et l’asphalte flambant neuf rougeoie sous l’éclat des premiers rayons matinaux. La route est tellement lisse et parfaite, qu’on a l’impression de glisser dessus.

La végétation n’est pas encore dense à cette époque de l’année et la verdure commence à apparaître timidement.

La Blue Ride Parkway nous fait prendre un peu de hauteur et bientôt, une étendue de monts dorés se déploie en-dessous de nous. De petits écarts bitumés sont prévus pour les voitures en retrait de la route afin de se garer et d’admirer pleinement les plus beaux points de vue.

Nous serpentons plus de deux heures durant sur la portion entre la ville de Roanoke en Virginie et la frontière de la Caroline du Nord. Une petite étape calme et reposante, entre monts et forêt.

code

Asheville

Nous prenons ensuite la direction de Asheville, au porte des Smoky Mountains, où nous avons réservé un Airbnb pour deux nuits.

Asheville est super accueillante. À peine avons-nous posé un pas dans la ville qu’on se sent happés par son ambiance cool et relax.

On fait la sympathique rencontre d’un couple âgé de la soixantaine, venu de Caroline du Sud. Ils nous abordent pour nous demander leur chemin et rient de bon cœur lorsqu’on leur explique qu’on n’est pas du tout du coin et qu’on vient de France. Ils nous demandent alors ce qu’on vient faire ici, et nous leur résumons notre parcours. En apprenant que l’on compte terminer notre road trip à Los Angeles, la femme s’exclame : « Vous verrez, quand vous y serez, vous n’aurez qu’une envie : retourner en France !! ».

Keep Asheville Weird

On entre ensuite dans une petite boutique étrange, où se vendent breloques, carillons, tapisseries colorées et toutes sortes d’objets mystiques et psychédéliques. Lorsque la commerçante fait son apparition, on a l’impression de se retrouver devant une véritable hippie des années 60 : grande et mince, jupe longue et fleurie, un foulard noué autour de la tête en bandeau, l’air complètement stone… on ne peut pas s’y tromper. Elle nous accueille avec le sourire et nous tend des lunettes 3D. Interloqués, on ne comprend pas très bien ce qu’elle veut qu’on fasse. Elle nous dirige vers le fond du magasin, où se trouve un rayon de tapisseries multicolores, nous fait signe de mettre nos lunettes et de regarder les dessins brodés dans le tissu. Les formes se mettent alors à bouger, un peu comme si on regardait dans un kaléidoscope. C’est très joli et assez surprenant, mais heureusement qu’on n’avait rien fumé avant 😂.

Notre aventure dans la boutique de l’étrange ne s’arrête pas là. Quelques secondes plus tard, une autre femme, sortie de nulle part, vient jusqu’à nous en nous tendant un paquet de cartes. Elle nous propose d’en tirer une. Je me prête au jeu et découvre une carte où il est inscrit « love ». Aurélien tombe quant à lui sur « growth » (croissance). La jeune femme s’exclame, émerveillée, qu’on a tiré de très belles cartes et nous informe sur leur signification.

On se demande un peu où on a atterri, mais l’expérience plutôt inédite, nous fait rester un peu. On s’attarde sur les différents articles et on finit par acheter un simple petit autocollant en forme de coeur, où il est inscrit « Asheville NC ». Un objet qui résume bien l’atmosphère de la ville : colorée, détendue, fun et décalée.

code

« Keep Asheville weird » qu’ils disent là-bas. Une sorte de slogan qui se traduirait en français par : « Faites en sorte qu’Asheville reste bizarre ».

Les boutiques de North Lexington Avenue.

On continue ensuite d’arpenter la ville en parcourant les dizaines de petites échoppes vintage de North Lexington Avenue. On se retient d’acheter des tas de vêtements : chapeaux, vestes, robes, jeans… C’est le paradis du shopping ici !

Le River Art District

Vers 19h, après avoir fait le check-in de notre Airbnb, on reprend la voiture pour nous rendre au River Art District, un quartier d’entrepôts industriel reconverti en galeries d’art. Tous les murs sont entièrement recouverts de graffs. C’est superbe. On s’attarde une petite heure pour tous les observer en détails.

code

L’ambiance branchée du downtown

On déambule ensuite dans les rues de la ville, étonnamment animées pour un mercredi soir. En nous excentrant un peu, on croise de nombreux hippies qui jouent de la musique sur les trottoirs, mais aussi énormément de gens drogués qui se cachent à peine pour prendre leur came. On se redirige donc assez vite vers le centre-ville pour trouver un endroit où se poser.

Asheville regorge de petits bars super branchés, où se jouent régulièrement des concerts. On s’arrête pour notre part dans la cour intérieur du Wicked Weed, où l’ambiance est festive sans être étouffante. On profite de la musique qui bat son plein dans le club d’à côté, et je bois ma première bière du séjour. Verdict : elle est excellente !

Adresse : Wicked Weed Brewing Pub, 91 Biltmore Ave, Asheville, NC 28801

Les glandus sont de retour

Nous avions réservé un Airbnb dans une petite maison toute mignonne au cœur du joli quartier résidentiel d’Oakley. En arrivant, on récupère la clé que notre hôte a laissé pour nous. On découvre notre chambre : très propre, ultra spacieuse avec salle de bain incluse. On est agréablement surpris !

Le lendemain matin, on reçoit en guise de réveil un message de la part de notre hôte qui nous informe que nous nous sommes trompés de clé et que nous avons dormi dans la mauvaise chambre. Les invités censés s’y installer souhaitent un dédommagement car ils avaient payé plus cher.

code

Agacés par notre étourderie, nous nous sommes platement excusés. On a donc dû changer de chambre pour la seconde nuit (effectivement, celle-ci était beaucoup plus petite et sans salle de bain privée) et payer le surplus aux autres invités.

En dehors de cette mésaventure, 100% glandue, nous avons passé un excellent séjour dans ce petit Airbnb tout cosy. Si vous possédez votre propre véhicule et que ça ne vous dérange pas de vous excentrer un peu, je vous le recommande chaudement ! Faites juste attention à ne pas vous tromper de clé 😉

Notre Airbnb à Asheville

Les Great Smoky Mountains

Jeudi 11 avril 2019, jour 12 du road trip : nous sommes en route pour les Great Smoky Mountains !

Le parc se situe seulement à 1h de Asheville. Nous sommes donc sur les lieux tôt le matin et avons la journée devant nous pour en profiter.

Après un premier arrêt au visitor center pour récupérer une carte et obtenir des conseils sur ce qu’il y a de mieux à visiter, on reprend la route et on s’enfonce doucement dans le parc.

On aperçoit peu à peu les monts entrelacés des Great Smoky Mountains, tapissés par de centaines de milliers d’arbres. Certains sont encore nus, blanchis par la mousse et la lumière du soleil, tandis que d’autres arborent déjà de petites feuilles rouges, oranges ou vertes selon leur variété. Le ciel, parsemé de quelques nuages, projette un jeu de clair-obscur sur cette palette de couleurs mi- hivernale mi- printanière.

code

La passerelle dans la brume : le Clingman’s Dome

Lorsque nous parvenons à notre première étape, l’air devient beaucoup plus frais. Le Clingman’s Dome est le plus haut point de vue du parc. Il culmine à 2024 mètres de hauteur. Pour y accéder, il suffit de grimper pendant un petit kilomètre, puis, d’emprunter la passerelle de béton en forme de spirale qui permet de s’élever au-dessus des arbres.

Malheureusement, un épais brouillard enveloppe le paysage. De violentes rafales de vent nous fouettent le visage et manquent de nous faire tomber. L’avantage, c’est qu’elles permettent de chasser la brume par endroit et de nous laisser apercevoir quelques bribes du panorama.

Nous étions prévenu : les Great Smoky Mountains (« grandes montagnes brumeuses ») ne s’appellent pas comme ça sans raison !

code

Le Loop Trail et ses trois cascades

Le parc abrite un très grand nombre d’espèces animales, dont une importante population d’ours brun. Nous voulions emprunter la route scénique de Cades Cove afin de tenter d’en apercevoir, mais elle se trouvait à près de deux heures de routes de notre position, de l’autre côté de la frontière du Tennessee. Il aurait fallu visiter le parc sur deux jours pour cela…

On décide donc de nous rabattre sur un petit chemin de randonnée en forêt, le Loop Trail, qui permet de sillonner à proximité de trois cascades : Toms Branch Falls, Indian Creek Falls et Juney Whank Falls. Après avoir galérer à mort pour trouver le parking à l’entrée du chemin (sans réseau et sans aucun panneau indiquant la direction que l’on cherche), on parvient enfin à trouver le début de la balade.

On marche une bonne partie de l’après-midi, et on profite de cet instant de calme. Nous prenons le temps de respirer la forêt et de contempler le paysage. En dehors d’un pêcheur à la mouche, nous sommes seuls durant notre passage à la première cascade.

Mais à la seconde chute d’eau, Indian Creek Falls, on entend parler français à côté de nous. On fait alors la connaissance de Pierre et Marie-Françoise, un couple de sexagénaire qui vit les trois quarts de l’année en Arizona et qui revient dans la région parisienne l’été. Ils se sont expatriés aux Etats-Unis plus jeunes et y ont travaillé toute leur vie. Ils nous expliquent qu’ils ne peuvent plus vraiment quitter le pays car la retraite est dure en France pour les anciens expatriés. Mais ça ne fait rien car ils sont amoureux des paysages américains, des couchers de soleil sur les déserts de l’Arizona, de la solitude des immenses séquoias et de l’immensité des paysages de l’ouest. Ils nous en parlent avec passion, des étoiles plein les yeux. « Je voudrais tout revoir pour la première fois« , nous dit Marie-Françoise.

C’est donc tout émus que nous avons quitté le parc des Great Smoky Mountains, avec plus que jamais, l’envie de poursuivre notre route…

Infos pratiques sur le parc des Great Smoky Mountains :

Prix :

Ce parc national est gratuit.

code

Temps de visite :

Le parc s’étend sur 211 000 hectares entre les états de la Caroline du Nord et du Tennessee. Pour en profiter pleinement, mieux vaut prévoir deux jours pour le visiter. En un jour vous devrez faire des choix, comme nous.

Meilleure saison pour y aller :

L’été, c’est parfait pour randonner sous les arbres. Au printemps, il faisait un peu frais en altitude. N’hésitez pas à vous y rendre l’automne, les couleurs sont à couper le souffle ! En revanche l’hiver, de nombreuses routes sont fermées.

S’y déplacer

Le parc est traversé par une route scénique principale : la Newfound Gap Road (l’US 441), qui relie entre elles les deux entrées : Gatlinburg au nord (côté Tennessee) et Cherokee au sud (côté Caroline du Nord). Il n’existe pas de navettes à l’intérieur du parc et à ma connaissance, il n’y a pas de moyen de transport qui puisse vous y emmener. Vous devrez donc obligatoirement vous y rendre en voiture (ou à vélo pour les plus courageux).

Un conseil : faites bien le plein d’essence avant d’entrer dans le parc. Il n’y a pas de station à l’intérieur et vous serez obligés d’en ressortir pour vous réapprovisionner.

Que faire et que voir ?

Vous pourrez y observer de très nombreuses espèces végétales et animales (wapiti, ours brun…), randonner longuement à travers la forêt, parcourir de très belles routes, observer de multiples panoramas en hauteur sur les montagnes et vous rafraichir près des innombrables chutes d’eau dont le parc regorge. Vous pourrez également partir sur les traces des Cherokee, dont le territoire se situait dans cette région (un musée leur est dédié à l’entrée du parc côté sud).

Enfin, le parc est traversé par l’Appalachian Trail, l’un des trois grands sentiers de randonnée pédestre sur longue distance des Etats-Unis, avec le Pacific Crest Trail et le Continental Divide Trail. L’Appalachian s’étend sur plus de 3500 kilomètres entre la Géorgie et l’état du Maine.

Les différentes parties du parc

En parcourant la Newfound Gap Road, vous aurez accès à un certain nombre de points d’intérêts : de multiples points de vue (dont celui du Clingman’s Dome) et pas mal de randonnées.

En dehors de cette route principale, 4 autres parties du parc sont notamment accessibles :

code
  • Cades Cove (ouest du parc) : Vous pourrez y observer la faune et la flore, ainsi que des bâtiments historiques, grâce à la Cades Cove Loop. La boucle est très fréquentée. Mieux vaut vous y rendre très tôt le matin ou beaucoup plus tard en soirée (évitez le week-end).
  • Deep Creek (sud du parc) : c’est ici que se situe le Loop Trail, le chemin de randonnée que nous avons emprunté pour voir les trois cascades.
  • Roaring Fork (nord du parc) : vous y trouverez plusieurs départs de randonnées au cœur de petites vallées. Vous y croiserez également beaucoup de chutes d’eau.
  • Cataloochee Area (est du parc) : une zone peu fréquentée car difficile d’accès. Vous serez cependant plus au calme et pourrez observer de nombreux animaux sauvages.

Où dormir ?

Il existe 10 campings dans le parc. Cependant, il faut s’y prendre tôt pour réserver car il s’agit du parc national le plus fréquenté des Etats-Unis !

Sinon, les villes de Cherokee (Caroline du Nord) et de Gatlinburg (Tennessee) sont de très bons points de chute à proximité du parc.

Vous pouvez également choisir de faire comme nous et d’en profiter pour visiter Asheville, située à seulement 1h de route.


Ce passage imprévu dans les verts paysages de Caroline du Nord, au cœur des montagnes, fut une parenthèse rafraichissante dans la première partie de notre road trip. De quoi faire le plein d’énergie et de motivation pour la suite !

Direction suivante : la Caroline du Sud 😀

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager ! Et si vous voulez d’autres récits sur les Etats-Unis, c’est par ici ! 🙂

code