… Ou comment réveiller ses sens en s’octroyant une petite cure de jazz.


Jour 20 du road trip : Vendredi 19 avril 2019 

Le paysage se fait de plus en plus sauvage par ici. La végétation humide nous entoure de toutes parts. Les noms français se multiplient : « Lafayette », « Bâton-Rouge », « Saint-Martinville »… l’héritage des anciens colons français venus s’installer dans ces terres trois siècles plus tôt.

L’Etat nous paraît tout de suite bien plus pauvre que ceux traversés auparavant : les routes, non entretenues, sont défoncées ; beaucoup de maisons semblent devoir s’écrouler d’un moment à l’autre… Les marques d’une terre qui a accumulé les blessures tout au long de son histoire, et qui n’en a pas fini d’être tourmentée.

Mais ça n’empêche nullement la fascination de s’installer aussitôt. L’admiration aussi, pour un état qui s’est toujours relevé, tant bien que mal, de ses nombreuses tragédies.

C’est plein d’émotions que nous nous sommes rendus à la Nouvelle-Orléans ce matin-là. Et malgré notre excitation de découvrir la ville, et l’ambiance du Vieux Sud louisianais qui nous avait déjà happé, nous n’aurions jamais pu prévoir ce qui nous attendait là-bas…

Nous sommes tombés amoureux de cette ville. Pas instantanément. Elle ne s’aborde pas si facilement que ça. Mais dès les premiers instants où New Orleans s’est réveillée de sa torpeur matinale, elle nous a conquis. Par le cœur et par les sens.

Elle fait monter en nous des émotions nouvelles, ressenties nulle part ailleurs. À la fois vivante et déconcertante, joyeuse et hasardeuse, elle nous aura fascinés et impressionnés. Nous l’avons quittée avec regret. À peine nous étions partis que nous ne pensions déjà qu’à notre prochaine rencontre…

code

New Orleans s’expérimente par les 5 sens. Elle nous charme, nous envoûte et si nous ne prenons pas garde, on s’y abandonne vite complètement. Pas étonnant qu’on y soit souvent ivre ! 

Vous rêvez vous aussi d’expérimenter la Nouvelle-Orléans pour la première fois ? Ou bien cela vous tente mais vous hésitez encore ? Découvrez dans cet article toutes mes impressions et tous mes conseils sur cette métropole indéfinissable qu’on surnomme « The Big Easy », la ville où tout serait plus simple. Pourquoi vous y rendre, les incontournables à visiter, comment vous y loger, le budget, quelques bonnes adresses…

Bref, mettons le cap sur cette ville excentrique et redoutablement attrayante.


SOMMAIRE DE L’ARTICLE :

Quatre bonnes raisons d'aller à la Nouvelle-Orléans
La Nouvelle-Orléans : une ville dangereuse ?
La Nouvelle-Orléans : Pour qui ?

Que voir à la Nouvelle-Orléans ? Le parcours des glandus :Le Lac Pontchartrain Le French Quarter Jackson Square Le long du Mississippi New Orleans le soir Louis Armstrong Park Le Garden District Les activités à faire si on a plus de temps

Les infos pratiques pour préparer son séjour à la Nouvelle-Orléans :Meilleure période pour se rendre à la Nouvelle-Orléans Comment se déplacer dans la ville ? Où loger ? Les adresses testées par les glandus Deux jours sont-ils suffisants pour visiter la Nouvelle-Orléans ? Comment intégrer la Nouvelle-Orléans dans un road trip ? Quel budget pour deux jours à la Nouvelle-Orléans ?

code

Quatre bonnes raisons qui vont vous convaincre d’aller à la Nouvelle-Orléans

1) La musique

La Nouvelle-Orléans, c’est avant tout une histoire d’amour avec la musique. Et pas besoin de se ruiner pour en écouter. Elle est présente à chaque coin de rue, dans chaque bar, sur chaque place. On ne fait pas qu’entendre la musique : on la contemple, on la ressent, on la respire. On jurerait presque voir les notes sortir des instruments, danser dans l’air ambiant, puis s’infiltrer dans les oreilles et les narines des centaines de badauds.

C’est le berceau du jazz et la maison de coeur de nombreux musiciens. Des dizaines de noms familiers y ont fait leurs premiers pas : Louis Armstrong, Sidney Bechet, Barney Biggard, Johnny Dodds, Fletcher Henderson ou encore King Oliver. Aujourd’hui, la ville a toujours à cœur de porter fièrement cet héritage. Et en cela, elle vous offrira une expérience inégalable.

2) Le mélange des cultures

Il est observable partout. D’abord dans l’architecture, absolument somptueuse. Un assemblage d’influences espagnoles, américaines, françaises, créoles et caribéennes. Sur le même plan, vous pourrez ainsi contempler une superbe demeure de style colonial et un gratte-ciel. Chaque époque, chaque style semble s’être battu pour y laisser son empreinte. La ville foisonne de couleurs, de détails et d’ornements en tout genre.

Le brassage des cultures s’expérimente également à travers le langage, les mots. Des noms de rues aux consonnances tantôt françaises, tantôt espagnoles, tantôt américaines. Les gens aussi : on entend parler plein de langues et des patois différents. Une impression déroutante mais qui procure à la ville son ambiance conviviale, comme si tout le monde y était à sa place.

Et puis bien sûr, ce melting-pot se retrouve plus que jamais dans la nourriture et les spécialités de la Nouvelle-Orléans.

3) La gastronomie

Oui, elle mérite bien à elle seule un autre point de mon argumentation ! La Nouvelle-Orléans regorge de spécialités culinaires. Il serait donc dommage de passer à côté de ça… D’ailleurs, on pense nous-mêmes ne pas en avoir suffisamment profité (oh bah mince, je crois qu’on se trouve dans l’obligation d’y retourner du coup 😛).

code

Entre le gombo, les écrevisses, le jambalaya, les beignets ou encore les cocktails Hurricane (pour arroser tout ça), il y en a pour tous les goûts et à toutes les sauces. Des plats inspirés des cuisines cajun, créole, française, africaine, espagnole, américaine et même italienne. Bref, un assemblage de saveurs issu des quatre coins du globe.

4) Son côté « hors du temps »

Bourbon Street, Chartres Street, Royal Street… Nous n’oublierons jamais notre balade dans les rues de cette ville incroyable qu’est la Nouvelle-Orléans : les couleurs, l’atmosphère, la joie de vivre des musiciens, l’architecture, les festivités, les traditions étranges, l’incongruité de ses personnages, le brassage des cultures…

Nous y avons croisé pêle-mêle : un couple de mariés qui se baladait dans la ville et s’arrêtait pour danser ; un chien qui rapportait l’argent à son maître qui jouait de la musique non loin de Jackson Square ; des enfants qui tapaient en rythme sur des sceaux ; des squelettes sur un balcon (des faux hein) ; des arbres qui ployaient sous le poids de colliers de perles multicolores, restes de Mardi Gras…

C’est une ville hors du temps, décalée, où l’on peut être soi-même et « Laisser le bon temps rouler« . Il est rare de croiser un endroit comme celui-ci. Alors quand on le trouve, on le savoure !

La Nouvelle-Orléans : une ville dangereuse ?

Avec tout ce que je viens de vous décrire plus haut, on pourrait penser que la Nouvelle-Orléans est un endroit complètement safe et dépourvu de dangers.

Pourtant, c’est loin d’être le cas. Sous ses aspects de ville festive, bon enfant et multiculturelle, elle dissimule de nombreux travers qu’il faudra bien garder à l’esprit le temps de votre séjour.

code

1) Des quartiers à éviter

Tout d’abord, il faut savoir que son taux de criminalité figure parmi les plus élevés des Etats-Unis. Mais attention, cela ne veut pas dire que les touristes y sont forcément en danger. En respectant quelques règles de prudence et en évitant surtout les mauvais quartiers, vous n’aurez rien à craindre.

Voici la liste des quartiers où il ne vaut mieux pas s’aventurer :

  • Tulane-Gravier
  • Central City
  • Saint Roch
  • Seventh Ward
  • Florida
  • Saint Claude
  • Pines Village
  • West Lake Forest
  • Lower 9th Ward
  • Desire

Il ne faut pas oublier que la Louisiane est un état très pauvre, et la misère sociale – qui n’a fait que s’accroître ces dernières années – se laisse ressentir à de nombreux endroits. La Nouvelle-Orléans n’y échappe pas bien sûr, et de nombreux quartiers en sont frappés.

Le mieux, c’est de concentrer principalement votre visite sur le Vieux Carré (le French Quarter) et le faubourg Marigny si vous n’avez que deux jours. Vous pouvez également aller faire un tour dans les quartiers du Garden District, de Bywater et éventuellement celui de Tremé (en restant plutôt dans la partie sud). Si vous avez plus de temps, les quartiers de Uptown, Mid-City et le CBD font partie aussi des endroits relativement safe de la ville.

Dans tous les cas, restez vigilants concernant les pickpockets, et ne vous balader pas seuls la nuit !

2) Le mélange des cultures… mais pas toujours

Sur Bourbon Street – et dans les rues les plus animées de la ville – vous aurez l’impression que tout le monde se mélange et qu’ici plus personne ne se soucie de la couleur de peau et de son appartenance sociale.

Mais c’est loin d’être le cas. La Nouvelle-Orléans – et la Louisiane en général – est une ville à la population majoritairement noire. Et il faut bien comprendre qu’à certains endroits, les blancs ne sont pas les bienvenus. Sur Frenchmen Street, certains clubs n’étaient composés que de personnes noires, d’autres que de personnes blanches.

Parfois, il nous est arrivé de nous aventurer dans des endroits sans nous rendre compte que nous étions allés un peu trop loin. Comme cette fois, juste en haut de Frenchmen Street. Un groupe de personnes sur des vélos lumineux s’était rassemblé pour écouter des musiciens jouer. Nous avons voulu nous approcher. Mais en arrivant, nous nous sommes rendus compte que nous étions les seuls blancs. Tout le monde nous regardait du coin de l’oeil. Nous avons compris que nous n’étions pas à notre place et que notre présence dérangeait. Nous nous sommes alors éclipsés rapidement.

code

Tout ça pour vous dire que vous n’êtes pas chez vous, et qu’il est important de se faire petits dans de telles situations. Mieux vaut rester intelligent et ne pas provoquer.

–> Pour conclure : visiter New Orleans n’est pas dangereux à partir du moment où vous faites preuve de bon sens et que vous préparez convenablement votre visite.

La Nouvelle-Orléans : pour qui ?

La meilleure façon de visiter la Nouvelle-Orléans, c’est indéniablement entre amis. Vous allez l’adorer aussi en couple ou en famille, mais l’effervescence qui règne dans les quartiers touristiques risque de rapidement vous épuiser.

De par son aspect très festif, elle convient assez peu aux enfants, surtout s’ils ont moins de 10 ans. Toutefois, vous pouvez quand même y passer un ou deux jours, en commençant votre visite tôt le matin (le moment le plus calme de la journée). Et si vous voulez y rester plus longtemps, privilégiez la visite de certains quartiers plus accueillants pour les familles comme Uptown ou Mid-City.

code

Que voir à la Nouvelle-Orléans en deux jours ? Le parcours des glandus

1) Arrivée sur la ville depuis le Lac Pontchartrain

Nous avions fait exprès de trouver un logement au-dessus de la Nouvelle-Orléans – à Slidell en l’occurrence – afin d’arriver le lendemain sur la ville via l’immense pont au-dessus du lac Pontchartrain. Il s’agit du 5ème pont routier le plus long au monde. Il nous a fallu près d’une demie heure pour en traverser les 38 kilomètres !

D’ici, on peut observer une petite vue d’ensemble de Nola, dont les gratte-ciel nous apparaissent en tout petit au loin.

En arrivant de ce côté-là vous traverserez le quartier des affaires – le CBD – là où se situent la plupart des tours. Il n’y a pas grand-chose à visiter, mais ça peut être intéressant d’en avoir un petit aperçu en voiture.

À l’approche de la ville, je commence à sentir l’émotion me submerger. Je n’avais pas réalisé avant d’y être qu’il s’agissait d’une grosse étape de notre road trip, l’une de celles que j’attendais le plus !

2) Le French Quarter

code

Nous avons débarqué au Vieux Carré de bon matin. Les rues étaient complètement désertes. Si nous étions certes déjà intrigués par l’excentricité des maisons créoles, notre première impression de la ville n’a pas été des plus formidables. Une odeur nauséabonde s’échappait de certains trottoirs – un mélange d’alcool et de pisse – et certaines substances à la couleur douteuse stagnaient par endroits le long de la route. Certainement des restes des festivités de la veille…

Comme ce genre de flaque sur le trottoir à droite… (Et non, il n’avait pas plu la veille !)

L’avantage, c’est que nous avions quasiment le quartier pour nous. Nous avons pu en profiter pour flâner tranquillement de rue en rue, admirer les demeures aux architectures multiples et pousser les portes de petites boutiques incongrues. De quoi vite nous faire oublier l’entrée en matière quelque peu agressive dès 10h du mat.

Les rues désertes de New Orleans, de bon matin

Nous sommes restés une bonne heure ou deux à explorer le French Quarter avant de nous diriger sur Jackson Square et les bords du Mississippi.

Lorsque nous sommes revenus, en début d’après-midi, le quartier s’était métamorphosé. En l’espace d’une heure, les rues s’étaient animées. Bourbon Street fourmillait de monde et retentissait d’un vacarme assourdissant. Des sons d’instruments et des battements de percussions commençaient à s’élever de tous les côtés, se propageant à travers la ville. On avait l’impression de circuler au milieu d’une fanfare géante. Des gens déguisés défilaient au milieu de la route, les trottoirs dégueulaient de touristes et des groupes de jeunes – déjà éméchés – déboulaient à la sortie des bars, un cocktail à la main.

code

Le Vieux Carré s’étaient empli d’une véritable cacophonie d’où se détachaient tantôt le son d’une guitare, celui d’un saxophone, d’un violoncelle, ou d’un éclat de rire.

C’était le jour et la nuit entre notre arrivée le matin-même et le milieu d’après-midi. Impossible de croire que nous avions pu visiter ce même endroit deux heures plus tôt dans le calme plat ! À présent, nous étions obligés de crier pour tenter de communiquer.

Toutefois, ça ne nous a pas empêché de profiter encore pleinement des superbes rues du quartier :

Le French Quarter, c’est vraiment quelque chose, une expérience complètement unique.

Mais au-delà de cette euphorie générale – qui peut plaire ou pas – on y découvre des perles inestimables. Si vous avez de la chance comme nous, vous tomberez peut-être par hasard sur l’incroyable clarinettiste Doreen Ketchens. Elle et son instrument ne font qu’un. C’était tellement prodigieux qu’on s’est tous mis à chialer les uns après les autres, malgré le rythme particulièrement entraînant de son morceau 😂.

La dame du milieu, c’est Doreen !

Parmi les plus belles rues à visiter dans le French Quarter : Bourbon Street (l'artère principale),
St Ann Street,
Royal Street,
Chartres Street.

code

3) Jackson Square

La douceur de vivre de la Nouvelle-Orléans continue sur Jackson Square, où de nouveau, nous somme happés par la musique. Le temps semble s’arrêter au gré des notes : les gens se rassemblent, souriants et détendus. Nola fait évaporer tous leurs soucis…

Une place ultra vivante, constamment investie par les musiciens et artistes de rue. Elle est dominée par la cathédrale Saint-Louis, érigée du temps de la Louisiane française.

C’est également ici que vous pourrez visiter les musées du Presbytère (qui abrite deux superbes expositions aux ambiances radicalement opposées : une sur le Mardi Gras et l’autre sur l’ouragan Katrina) et du Cabildo (qui retrace l’histoire de la Louisiane).

4) Se balader le long du Mississippi

Une fois lancés dans la frénésie de New Orleans, il est presque impossible de s’en extirper. Pourtant, de Jackson Square, vous pouvez rejoindre les berges du Mississippi en quelques pas et marcher sur le « Moonwalk« , la promenade aménagée le long du fleuve historique. Ici, vous reposerez vos sens et pourrez admirer les fameux bateaux à roues à aubes

Les berges sont relativement calmes et un peu moins étouffées par la foule.

code

5) Assister à un concert le soir

Le soir, après notre check-in à l’hôtel, nous sommes ressortis pour visiter la ville de nuit sur Frenchmen Street. La musique y battait son plein, plus que jamais.

Nous avons tenté d’assister à un concert dans l’un des nombreux bars de la rue, mais comme ma belle-sœur n’avait pas encore 21 ans, les vigiles ne nous laissaient pas entrer. L’un d’entre eux a fini par accepter comme elle était accompagnée de sa mère, mais elle n’avait pas le droit de consommer d’alcool (les Américains sont particulièrement stricts avec cette règle : n’espérez pas y déroger). À cause de cette restriction, nous n’avions plus trop le cœur à faire la fête (surtout ma belle-sœur qui nous regardait boire notre bière 🤔).

Je ne vous déconseille absolument pas de visiter Nola de nuit, mais à moins que vous soyez de nature fêtarde, je pense qu’elle s’apprécie beaucoup plus entre amis qu’en couple ou en famille !

Les meilleurs endroits pour profiter de la musique de nuit se situent dans le French Quarter et sur Frenchmen Street, dans le Faubourg Marigny.

code

6) Louis Armstrong park

Durant notre balade matinale, cet endroit nous a automatiquement attiré l’œil. Le Louis Armstrong Park est un haut lieu de la musique jazz. Il abrite le New Orleans Jazz National Historical Park et a vu naître le New Orleans Jazz & Heritage Festival en 1970.

Il peut être sympa d’aller y faire un tour si vous ne passez pas loin ! Rien que pour voir cette entrée magistrale 🤩

7) Les superbes demeures des quartiers du Garden District

Après notre intensive balade dans le French Quarter, nous avons repris la voiture afin de parcourir le Garden District. Comme le quartier est assez étendu et qu’il vaut mieux garder vos jambes pour arpenter le Vieux Carré, je vous conseille d’en faire de même. D’autant qu’il n’y a rien à visiter de particulier, si ce n’est les fabuleuses demeures au style antebellum.

Les plus belles rues du quartier : Magazine Street,
Jackson Street,
St Charles avenue,
Coliseum Street (où se situe la maison ayant servi au tournage du film Benjamin Button).

code

Maison de Benjamin Button

Bywater et le Faubourg Marigny regorgent également de maisons colorées. Ils peuvent être bien à visiter en voiture également.

Les activités à faire si on a plus de temps :

1 - Visiter le musée du Vaudou sur Dumaine Street
2 - Aller admirer un coucher de soleil sur le Mississippi depuis Audubon Park
3 - Visiter Tremé, le quartier historique afro-américain
4 - Aller voir le Musée de la Seconde Guerre Mondiale, assez réputé, dans le quartier de Warehouse District.
5 - Les musées du Presbytère et du Cabildo
6 - Se promener dans le magnifique City Park, un énorme parc urbain qui abrite notamment un musée d'art et un jardin botanique.
7 - Assister à un concert au mythique Preservation Hall, un club de jazz traditionnel à la façade intentionnellement décrépie.
8 - Réserver une croisière jazz sur le Mississipi sur un bateau à aubes.
9 - Faire une visite guidée en français : ici, ici ou encore ici

Les infos pratiques pour préparer son séjour à la Nouvelle-Orléans

Quelle est la meilleure période pour se rendre à la Nouvelle-Orléans ?

En l’espace de 15 ans, la Nouvelle-Orléans a connu 2 ouragans : Katrina et Ida. Le premier a fait tellement de dégâts que la ville ne s’en est toujours pas complètement relevée. Des traces subsistent toujours dans certains quartiers.

–> Pour éviter de vous retrouver en pleine saison des ouragans, mieux vaut éviter de vous y rendre en été. Plus particulièrement en août et septembre. D’autant plus qu’il y fera très chaud et humide.

code

Le printemps (avril-mai) et l’automne (octobre-novembre) sont les deux meilleures saisons pour vous rendre à la Nouvelle-Orléans. Les températures y seront douces, ni trop chaudes ni trop froides.

–> À moins de vouloir assister à ces événements, évitez à tout prix d’y aller durant Mardi Gras (entre janvier et février) et Halloween (dernière semaine d’octobre). Si toutefois vous avez pour objectif de vous y rendre durant l’une ou l’autre de ces périodes, je vous conseille de bien préparer votre séjour à l’avance.

–> Pour tout savoir sur Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans, je vous recommande cet article rédigé par les merveilleux blogueurs de Lost in the USA.

Comment se déplacer dans la ville ?

–> Je vous conseille de visiter le French Quarter à pieds. Il n’est pas très grand : pas besoin de prendre les moyens de transports. À moins que vous ne souhaitiez emprunter le très joli tramway (appelé « streetcar ») de la ville, rien que pour le fun. Cependant, il ne circule que sur quatre lignes : St. Charles Avenue, Canal Street, le Riverfront et Loyola Avenue. Vous pouvez prendre un forfait à la journée qui vous coûtera 3 $.

Si vous restez plus de deux jours et que vous avez l’intention de bouger dans d’autres quartiers que le French Quarter et le Faubourg Marigny, ce pass peut être très avantageux : il vous permettra également de prendre le bus (le réseau se nomme « RTA »). Il existe également une ligne pour rallier l’aéroport.

code

–> Privilégiez cependant la voiture (si vous en possédez une) pour visiter les quartiers résidentiels.

Attention, il est assez difficile de se garer dans le centre-ville, aux alentours du French Quarter. N’espérez pas trouver une place gratuite pour la journée (comme dans toutes les villes américaines d’ailleurs).

Nous en avons nous-même fait les frais : nous pensions avoir trouvé un emplacement gratuit le long d’une rue résidentielle mais n’avions pas vu le panneau d’interdiction de stationner un peu plus loin. Nous avons eu la désagréable surprise de découvrir une jolie « petite » prune sur notre pare-brise à notre retour de visite…

Le mieux reste donc de trouver un parking payant (croyez-moi, ça vous coûtera moins cher qu’une amende. Là-dessus non plus ils ne pardonnent pas !)

–> Enfin, vous pouvez également vous déplacer à vélo, un moyen très sympathique et efficace de découvrir la ville ! New Orleans est plutôt bien aménagée pour les cyclistes et de nombreux magasins proposent des locations.

Où loger ?

L’avantage de la Nouvelle-Orléans, c’est que si vous réservez à l’avance vous pourrez trouver de supers hôtels, bien situés à des prix plus qu’avantageux. En revanche, si vous faites comme nous et que vous regardez la veille pour le lendemain, ce sera plus compliqué. Il faudra soit mettre le prix (et encore je vous mets au défi de trouver une chambre libre), soit vous éloigner un peu.

Je vous déconseille fortement le Rodeway Inn and Suites de Gentilly Wood. Même si le quartier ne craint pas, le motel en revanche est entré dans le top 5 des pires logements de notre road trip. Odeur infecte, wifi qui ne fonctionne pas, toilettes bouchées, énorme bout d’ongle qui traîne dans un coin de la pièce… Ah ! Et des araignées dans les draps aussi. Le bonheur de tout vacancier…

Dans quels quartiers dormir ?

Pour être au plus prêt

Si votre objectif est de loger au plus prêt des principaux points d’intérêts de la Nouvelle-Orléans, il vous faudra privilégier le French Quarter et le Faubourg Marigny.

code

Toutefois, ces quartiers seront parmi les plus chers et les plus bruyants.

Pour être au calme mais pas trop éloigné du centre

Si le bruit est un problème pour vous, vous pouvez vous rabattre sur le quartier de Garden District. Ce sera parfait pour les familles : un endroit résidentiel, très sûr et qui reste proche du French Quarter.

Vous pouvez également loger dans le CBD (Central Business District), le quartier des affaires de Nola. Ce quartier n’a rien d’exceptionnel mais il reste plus calme que le Vieux Carré.

De plus, ces deux quartiers seront déjà un peu moins onéreux que le French Quarter et le Faubourg Marigny.

Pour loger dans un endroit branché mais moins touristique

Les quartiers de Treme et de Bywater sont également une bonne solution.

Si vous avez envie de vous éloigner un peu des touristes de la Nouvelle-Orléans et de vous rapprocher un peu du quotidien de ses habitants, privilégiez le quartier de Bywater. Un endroit vraiment sympathique à l’ambiance très détendue : parfait pour sortir. Si vous êtes entre amis, foncez !

Treme n’est pas mal non plus. C’est un quartier historique qui permet de s’approcher au plus prêt de la communauté noire. Il regorge de clubs de jazz et de lieux culturels pour en apprendre plus sur cette culture.

Pour vivre une autre expérience de la Nouvelle-Orléans

Les quartiers de Uptown et Mid-City sont d’excellents endroits où loger si vous souhaitez voir autre chose que le French Quarter. Ils sont un peu plus éloignés du centre que les autres mais ils offrent de nombreux points d’intérêts et sont très sympas pour les familles. De plus, les hébergements proposent des prix plus avantageux.

Exemples de prix d’hôtels, airbnb, auberges de jeunesse.

Voici quelques estimations de prix (en date du 05/06/22)

code

En réservant quatre mois à l’avance, voici ce que vous pouvez trouver :

  • Pour ceux qui veulent faire des économies, vous trouverez des auberges de jeunesse à environ 30 euros le lit et 100 euros la chambre privative. Elles seront toutes plus ou moins dans ces prix-là, peu importe le quartier.

  • Si vous préférez privilégier le confort et l’intimité en réservant un hôtel, vous trouverez des chambres entre 100 et 200 euros la nuit en moyenne. Par exemple, cet hôtel situé dans le Vieux Carré semble être un très bon rapport qualité-prix.

  • Si vous voulez un max de confort, vous pouvez également opter pour un logement entier via Airbnb. Vous en aurez pour 300 euros minimum pour les offres les mieux situées, 200 euros si vous vous éloignez. Les chambres privées dans un logement partagé n’est à mon sens pas avantageux au niveau prix. Autant prendre une chambre privative dans une auberge de jeunesse : vous aurez plus ou moins le même confort pour beaucoup moins cher.

  • Enfin, pour les petits budgets ou pour ceux qui s’y prendraient au dernier moment, vous pouvez faire comme nous et vous éloigner un peu plus. Vous trouverez des chambres à environ 100 euros la nuit.

Les adresses testées par les Glandus

Pour manger : le Café Beignet

Vous ne devez surtout pas passer à côté du Café Beignet si vous vous rendez à New Orleans. Déjà, parce que vous allez pouvoir goûter à certaines spécialités de la ville, dont les croissants chauds et les fameux beignets. Mais aussi parce que vous allez pouvoir profiter d’une merveilleuse ambiance jazzy, entourés des statues de Louis Prima, Pete Founain et Al « Jumbo » Hirt.

On y régale ses papilles, ses narines et ses oreilles en même temps. Quoi de mieux pour « Laisser le bon temps rouler » ?

Il en existe quatre dans toute la ville. Nous étions à celui de Bourbon Street. Ce n’est pas celui d’origine (qui se situe sur Royal Street), mais c’est probablement celui où vous trouverez la meilleure ambiance.

code

–> Café Beignet, 311 Bourbon Street, New Orleans

Pour acheter des souvenirs : Forever New Orleans

Si vous voulez trouver de petits souvenirs sympas, je vous conseille fortement la boutique Forever New Orleans. Il y a trois échoppes le long de Royal Street, donc vous ne pouvez pas louper l’enseigne ! Ce que j’ai apprécié par rapport aux autres magasins, c’est que les produits sont made in New Orleans. C’est là que j’ai déniché une incroyable paire de boucle d’oreille en bois en forme de clé de sol, qui m’ont valu de nombreux compliments à travers tout le reste du pays ensuite :D.

N’hésitez pas à aller faire un tour dans les autre boutiques malgré tout, ne serait-ce que pour l’ambiance. Ils jouent la carte du vaudou à fond dans de nombreuses échoppes. Même si c’est attrape-touriste, j’avoue que c’est plutôt sympa ! Je pense notamment à Voodoo Blues, Voodoo Authentica, ou encore Reverend Zombie’s House Of Voodoo.

–> Forever New Orleans, 700, 606 et 308 Royal Street, New Orleans

Pour un peu de luxe et de féérie : Fisher Gambino

Ça paraît complètement insensé dit comme ça, mais il faut absolument que vous alliez faire un tour à la boutique de meubles et luminaires Fisher Gambino. Là non plus vous ne pourrez pas la louper : elle se situe dans le gros bâtiment carré et rose à l’angle des rues Royal et St Peter. L’intérieur est somptueux. On y déambule au milieu de centaines de luminaires – tous plus impressionnants les uns que les autres. Magnifique !

–> Fisher Gambino, 637 et 215 Royal street, New Orleans

code

Pour boire et danser : le Café Negril

Le soir, nous sommes allés au Café Negril. Des groupes s’y produisent quasiment tous les soirs. La sélection est variée : jazz bien sûr, mais aussi rock, reggae, blues. On a eu droit à du rock pour notre part. L’ambiance était très cool, posée.

Il existe de nombreux autre clubs sur Frenchmen Street. Ils sont tous extrêmement bien réputés. Aucun risque de vous tromper ! La rue est petite mais particulièrement remplie le soir. C’est un endroit parfait pour profiter de l’ambiance festive et jazzy de New Orleans, sans le côté frénétique de Bourbon Street à cette heure-ci.

–> Café Negril, 606 Frenchmen Street, New Orleans

Deux jours sont-ils suffisants pour visiter la Nouvelle-Orléans ?

Oui. Mais pour bien profiter de l’ambiance et de tout ce que la ville a à offrir, trois à quatre jours seraient parfaits.

Deux jours permettent de voir le principal mais ça reste assez speed. Pour notre part, on serait bien resté un peu plus longtemps !

Comment intégrer la Nouvelle-Orléans dans un road trip ?

–> Si vous souhaitez consacrer un voyage à la partie sud-est des Etats-Unis, la Nouvelle-Orléans sera une étape obligatoire ! Votre parcours ne serait pas complet sans elle et votre découverte de la culture du Vieux Sud américain non plus.

code

–> Si vous comptez voyager sur la côte est, intégrer la Nouvelle-Orléans à votre road trip sera plus compliqué. Je vous le déconseille si vous partez seulement 15 jours. En revanche, si vous prévoyez trois semaines, voir un mois, c’est faisable. Mais il faudra garder à l’esprit que vous devrez malgré tout faire un gros détour.

–> D’une manière générale, si vous partez longtemps (entre 1 et 3 mois), je vous conseille fortement de passer par la Louisiane et la Nouvelle-Orléans. C’est vraiment un must des Etats-Unis. Probablement la seconde ville que je conseille le plus après New York et l’un de mes états préférés.

Pour un road trip de trois mois aux Etats-Unis = 5/5
Pour un road trip sur la côte est = 3,5/5 
Pour un road trip dans le Vieux Sud = 5/5 

Quel budget pour deux jours à la Nouvelle-Orléans ?

–> Pour un bon logement, vous devrez débourser au minimum 200 à 250 euros.

–> Si vous vous déplacez en moyens de transport, vous en aurez pour entre 3 et 16 euros.

–> La nourriture n’est pas très chère à la Nouvelle-Orléans. Mais si vous voulez vous faire plaisir et que vous mangez au resto à chaque repas ou presque, comptez 50-60 euros par personne minimum. Un peu plus si vous pensez faire la tournée des bars !

–> En ce qui concerne les activités, vous n’aurez pas le temps de faire grand-chose en deux jours. Comptez entre 50 euros pour une croisière sur le Mississppi, environ 30 euros pour le musée de la Seconde Guerre Mondiale, 7 euros pour le musée du Vaudou et The Presbytère et 10 euros pour le Cabildo. Vous pouvez enfin opter pour une visite guidée de la ville, pour environ 40 euros en moyenne.

code

–> Si vous vous voulez être tout à fait à l’aise, dans un budget moyen-haut, je vous conseillerais de partir avec 500 euros pour les deux jours et pour deux personnes.

–> Si vous être prêts à faire l’impasse sur le confort et les activités, vous pouvez vous y rendre avec un budget de 200 à 300 euros.

Attention : ce budget ne comprend pas l’avion, les assurances et la location d’une voiture dans le cas d’un road trip.

J’en ai terminé avec la Nouvelle-Orléans ! Si vous avez la moindre interrogation, remarque ou suggestion à me faire sur la ville et cet article, n’hésitez pas à me les communiquer en commentaires. Et bien sûr, si vous êtes déjà passés par Nola, partagez-nous votre expérience !! 😀

Pour aller plus loin, vous pouvez également jeter un coup d’œil à ces articles :
–> Itinéraire et budget pour 4 jours en Louisiane