…Ou comment deux glandus ont réussi à survivre 88 nuits sur les routes américaines.


« Mais où est-ce que vous avez dormi pendant trois mois ? ».   

Sur le bord des routes, à l’ombre des cactus, dans les stations-services abandonnées, sur un banc de Central Park et dans les champs de cotons. Oui, cette question qui revenait sans cesse nous a un peu fatigués mais non, rien de tout cela n’est vrai, bien entendu.   

Nous n’avons eu aucun problème (ou presque) pour nous loger durant nos 88 nuits sur place. Disons que nous n’avons jamais eu à dormir dehors, sauf lorsque nous décidions de camper. Maintenant, quant à la qualité des logements heu… disons que nous avons eu de tout : de l’hôtel 4 étoiles au motel miteux.  

Se loger sur les routes, c’est loin d’être aussi simple que lorsqu’on voyage dans un seul et même endroit. Quelles possibilités de logement s’offrent à vous ? À quel budget ? Faut-il réserver à l’avance ou non ? Comment réserver ses hébergements quand on bouge sans cesse d’un endroit à l’autre ?

–> Je vous livre tous mes conseils sur la question, à partir des leçons que nous avons tirées de notre expérience de trois mois sur le sol américain !  :D

Sommaire

Quel type de logement choisir ? --> Pour les gros budgets --> Pour les moyens budgets --> Pour les petits budgets --> Notre expérience --> Louer un camping-car

Réserver ou ne pas réserver ? --> Notre expérience de la (quasi) non réservation pour un long road trip --> Mon avis sur les réservations

Comment réserver son logement ? --> Réserver un motel ou un hôtel --> Réserver un emplacement de camping

Quel type de logement choisir ? 

Soyons concis (pour une fois) : cela va dépendre en grande partie de votre budget. Du coup, voyons quels types d’hébergement s’offrent à vous en fonction de votre budget :

Pour les gros budgets

Si le confort est très important pour vous en voyage, il vous faudra prévoir un budget logement assez conséquent. Selon notre expérience, pour une chambre ultra douillette avec toutes les commodités (frigo, télé, micro-ondes, machine à café, produits de toilette, petit-déjeuner compris le lendemain matin, matelas au top du confort…), il faut compter pas moins de 80 euros. Et dans les zones touristiques, vous pouvez compter le double, voire même le triple (je pense ici à New York, San Francisco, Los Angeles…).

Exemples de chaînes d’hôtels qui rentrent dans ces critères : Best Western, Fairfield Inn and Suites, Holidays Inn, etc.  

Les Etats-Unis sont chers. Donc si vous avez les moyens de vous faire plaisir, allez-y, mais sinon, il va falloir revoir la gamme de vos logements.

Pour les moyens budgets 

Si vous êtes prêts à faire des compromis, vous pouvez très bien trouver des chambres à 50-60 euros. A ce prix-là, ce ne sera pas le grand luxe, mais vous aurez déjà, la plupart du temps, des chambres très convenables. Il est certain que vous aurez moins de commodités : pas de petit-déjeuner inclus, un matelas moins confortable, pas de micro-onde pour faire réchauffer votre nourriture ou pas de frigo pour la conserver.

Malheureusement, vous avez aussi plus de chances de tomber sur des chambres moyennement entretenues : propreté qui laisse un peu à désirer, forte odeur de tabac, toilettes bouchés… En fait, attendez-vous à avoir un peu de tout (c’est ça l’aventure !).

Perso, même si toutes nos expériences n’étaient pas au top, on ne regrette pas d’avoir misé sur les motels à prix moyen. La plupart (surtout dans l’est des Etats-Unis) étaient nickels.

Exemples de motels qui rentrent dans ces critères : Motel 6, Rodeway Inn, Super 8 et pas mal de motels indépendants.   

Avec un budget moyen, on peut aussi trouver de très bons Airbnb. Cela reste à voir en fonction des endroits.   

–> Si vous partez longtemps, 50 à 60 euros par nuits, ça peut vite faire grimper le budget. Mais l’avantage d’un budget moyen, c’est que vous pouvez varier les logements : pensez au camping ou aux auberges de jeunesse ; cela vous permettra de faire des économies sur certaines nuits !

Pour les petits budgets 

Si vous comptez partir avec un petit budget et/ou si le confort et l’intimité passent au second plan pour vous, misez sur les auberges de jeunesse, le couchsurfing, ou encore le camping.

Attention, le camping sauvage est interdit aux Etats-Unis. Il vous sera donc difficile de trouver des emplacements dans certains endroits. Mais si vous parvenez à mixer campings et auberges de jeunesse par exemple, vous ferez de sacrées économies.   

Note : il est également interdit de dormir dans sa voiture aux Etats-Unis. N’envisagez donc pas cette solution pour réduire votre budget.

Notre expérience  

Avec un budget moyen, nous avons donc essentiellement dormi dans des motels à 50-60 euros. Je pense que nous avons comptabilisé un nombre record de nuits dans les Motel 6, la chaîne qui propose souvent les meilleurs prix, et ce pour des chambres assez convenables (la plupart du temps, hum). Nous avons aussi trouvé de nombreux motels indépendants dans nos prix et ceux-là étaient toujours au top. Donc dès que vous pouvez, n’ayez pas peur de miser sur eux (non sans avoir checké les avis des autres clients au préalable, bien entendu…). 

En dehors des motels nous avons aussi campé dans certains parcs nationaux (pas autant que nous l’aurions voulu malheureusement), et je dirais que ce fut certainement nos plus belles nuits. Ok, pas en termes de confort, j’en conviens. Mais pour l’expérience, ce sont de chouettes moments à vivre. Il n’y a rien de plus magique que d’ouvrir la toile de sa tente au réveil et de se retrouver face à un paysage de barge.  S’il vous est possible de camper, je vous le conseille vivement !

Dans les plus grosses villes (exceptée San Francisco), nous avons opté pour le Airbnb. C’était la seule façon de trouver un logement à un prix décent et qui ne soit pas à 1h du centre-ville. À chaque fois, nous n’avions réservé qu’une chambre, pas un logement entier. Malheureusement, nous n’avons eu l’occasion de rencontrer qu’un seul de nos hôtes – et il n’était pas très bavard. La plupart louent leurs chambresun peu comme dans un hôtel. Donc si vous voulez rencontrer des locaux, misez plutôt sur le Couchsurfing ou choisissez soigneusement vos Airbnb en regardant bien les descriptions.   

Nous avons également dormi dans des hôtels un peu plus confortables comme les Best Western ou les Fairfield inn and suites. Là, vous êtes sûrs d’avoir quelque chose de bien. Mais si nous avons pu nous permettre ce budget, c’était grâce à la présence de ma belle-mère et de ma belle-sœur. Car plus vous êtes nombreux dans une chambre et moins cela vous revient cher (si vous partagez le budget à plusieurs, bien sûr). Autant vous dire que lorsqu’elles sont reparties, il a été plutôt difficile de revenir à la gamme en-dessous !  

Louer un camping-car

Si vous voulez opter pour un voyage en camping-car, sachez qu’il y a deux points importants à prendre en compte.

1) En fonction de la durée de votre voyage, vous ne ferez pas forcément d’économies. La location d’un camping-car pourra être aussi coûteuse en elle-même que douze nuits en camping, ou même dans les motels !

2) Si vous pensez que grâce à votre camping-car, vous n’aurez jamais à vous prendre la tête avec la question de l’hébergement, vous faites erreur. En effet, tout comme pour les voitures, il est interdit de stationner et de dormir dans son camping-car n’importe où aux Etats-Unis. Vous serez donc obligés de trouver des campings dédiés. Même s’il y en a beaucoup chez les Américains (eux-mêmes adorent voyager de cette façon), vous aurez parfois du mal à trouver des emplacements. À moins bien sûr, que vous n’ayez réservé tous vos campings plusieurs mois à l’avance, ou que vous ne partiez hors saison.

Je ne suis pas du tout en train de vous dissuader de voyager en camping-car. Je pense même que c’est une aventure à part entière, surtout en famille ! Mais je trouvais important de préciser ces quelques points pour que vous ne vous retrouviez pas pris au dépourvu.

–> Par ailleurs, si vous partez pour un long voyage, ce sera évidemment rentable ! Vous pourrez faire des économies sur vos hébergements, et même éventuellement sur vos repas. Et si vous réservez bien à l’avance ou que vous prévoyez de partir hors-saison, vous aurez moins de mal à trouver une place pour votre véhicule.

Pour réserver vos emplacements, vous pouvez vous rendre sur ce site.

Réserver ou ne pas réserver ?  

Telle est la question.

Dans le cas où vous comptez roadtripper seulement deux ou trois semaines, vous pouvez décider de tout réserver. Ça vous demandera pas mal d’organisation en amont, mais au moins vos logements seront assurés, partout où vous irez. Aussi, ce sera une bonne source de stress en moins une fois sur place !

En revanche, si vous partez un ou plusieurs mois comme nous, il vous sera très difficile (pour ne pas dire impossible) de réserver tous vos hébergements avant de partir.

Du coup, comment fait-on ? Et surtout, comment s’y prendre lorsqu’on débarque dans un lieu touristique où les logements sont tous pris d’assaut six mois à l’avance ?  Voici comment nous nous y sommes pris durant notre périple de trois mois :

Notre expérience :   

D’une manière générale, nous avions fait le choix de ne quasiment rien réserver à l’avance.

L’idée pour nous, c’était d’être entièrement libres sur notre emploi du temps : on adore être ici ? Ok, on va rester une nuit de plus. L’ambiance est pourrie ? Ni une ni deux, on s’barre. Et franchement, on a souvent été bien contents de pouvoir faire ce qu’on voulait. Certes, il fallait tous les jours scruter les sites de réservation pour voir où est-ce qu’on pourrait dormir le soir même, mais ça ne nous prenait rarement plus d’un quart d’heure. Et ça, c’était pour les 90% de notre voyage. 

Qu’avons-nous fait les 10% restants ?


Les logements dans les zones touristiques : ce que nous avons réservé à l’avance

Dans certains endroits et/ou à certaines périodes, il est tout bonnement impossible de ne pas réserver à l’avance. Avant de partir, nous avions donc déterminer les lieux les plus touristiques où on aurait du mal à trouver un hébergement. Il y en avait 7 : Boston, New York, San Francisco, Los Angeles, Page (en Arizona), Moab (en Utah) et le parc de Yellowstone. Nous avons ensuite déterminé ceux qu’il nous était possible de réserver à l’avance :  

  • Boston, notre ville d’arrivée. Indispensable pour ne pas avoir à paniquer sur place et pouvoir déposer nos bagages tout de suite en arrivant.  
  • New York, la ville la plus chère du road trip en termes de logement avec San Francisco. Etant donné que c’était notre deuxième étape, il était largement possible de réserver à l’avance. New York est une ville ultra touristique, toute l’année. Si vous arrivez sur place et cherchez un hébergement pour le soir même, il y a de fortes chances que tout soit déjà booké ou que vous vous retrouviez à poser vos valises dans un truc bien craignos, quelque part dans le Bronx ou dans les mauvais quartiers de Brooklyn. On avait donc calculé combien de jours on restait à Boston et on a réservé derrière notre logement pour New York.  
     
  • Los Angeles. Là aussi, comme c’était la toute dernière étape de notre voyage, ça ne posait pas de problème en termes de date. Nous avons simplement calculé combien de jours on souhaitait rester dans la ville avant de prendre notre avion.    

Les logements dans les zones touristiques : ce que nous n’avons pas réservé à l’avance

Comme les quatre autres endroits se situaient quelque part au milieu de notre road trip, il était très difficile de définir une date précise à l’avance. Et hors de question de bâcler des étapes juste pour nous rendre en temps et en heure à une autre. Du coup, nous avons décidé de nous en remettre à la chance.   

La plupart du temps, on checkait et réservait un hébergement 4 ou 5 jours, voire une semaine avant d’arriver dans ces zones touristiques. Là, on était à peu près sûrs de pouvoir respecter les dates.

Mais quoi qu’il arrive, si vous ne réservez pas au moins  4 mois à l’avance dans ces endroits-là, vous ne trouverez jamais de bons logements (à moins d’avoir un sacré bol).  

–> Si nous avons dégoté un bon plan pour la ville de Page, ce ne fut pas le cas pour Moab, et il a donc fallu qu’on s’éloigne de près de 200 kilomètres pour trouver un logement qui soit 1) disponible et 2) à un prix décent. C’était un pari quasi impossible, nous le savions. Mais à la mi-mai, nous avions espéré  qu’en nous levant tôt, nous trouverions une place de camping disponible. Et bien nous avons sillonné tous les campings de la région, sans succès…   

–> Même chose pour le Yellowstone : impossible de trouver un logement à un prix décent à moins de 200 km du parc !! Mais il était hors de question pour nous de louper cette étape… Donc on a roulé.   

–> L’autre pari risqué, c’était San Francisco. Là, nous avions prévu de casquer, quoi qu’il arrive. Mais nous ne voulions pas non plus dépenser un quart de SMIC durant notre séjour dans la ville. Du coup, trouver un hôtel potable, dans un quartier qui ne craint pas (et à San Francisco, ce ne sont pas les quartiers chelous qui manquent) à un prix raisonnable, ça relève encore une fois de l’impossible. Nous avons tout de même trouvé un hôtel qui cochait deux critères sur trois. Ce qui a donné : un hôtel potable à un prix raisonnable dans un quartier qui craint 🤔.   

Conclusion :

Pour les zones touristiques :

À vous de voir la solution que vous préférez :

1) réserver vos hébergements à l’avance à des dates approximatives. Mais dans ce cas, faites bien attention à ce qu’ils soient annulables jusqu’à 24 ou 48h avant la date. Autrement vous prenez le risque de perdre beaucoup d’argent, ou bien de speeder pour arriver à temps sur les lieux.

2) avoir une liberté totale sur votre emploi du temps mais savoir que vous allez très certainement galérer le moment venu et vous retrouver soit dans un motel vraiment pas top, soit à rouler de nombreux miles pour aller vous coucher.  

Soyons clairs : si vous voyagez longtemps sur les routes américaines, vous serez forcément obligés de faire des compromis. À moins que vous ayez un budget illimité, bien sûr.

Dans tous les cas, vous ne pourrez jamais avoir un contrôle total sur l’organisation de votre voyage, et c’est tant mieux ! C’est là que commencent les véritables aventures 😉

Si vous voulez mon avis sur la question : je ne regrette pas de ne pas avoir réserver à l’avance. Si nous avions dû nous rendre à chaque fois dans tel endroit à tel date, nous aurions perdu toute liberté dans notre planning et le voyage serait devenu une source d’angoisse car il aurait fallu planifier toutes nos journées et nos parcours en fonction de ces nuits-là. 

Devoir chercher un logement chaque jour n’a jamais été stressant (sauf pour les cas mentionnés plus haut) : à chaque fois, on trouvait rapidement, on réservait, on arrivait à l’heure qu’on voulait le soir-même et puis on repartait le lendemain matin et on recommençait. Tout dépend donc de votre état d’esprit et de vos préférences quant à votre façon de voyager.  

Comment réserver son logement ?

Si vous optez pour la réservation au jour le jour, je vous conseille de réserver votre logement via un site de réservations.

La veille ou le matin même, vous saurez certainement où vous allez passer la journée. Regardez les villes qui se situent aux alentours et checkez les offres.

En réservant le matin, vous pourrez ensuite vivre votre journée tranquille en sachant que le soir venu vous n’aurez plus qu’à entrer l’adresse du motel dans votre GPS et à vous laisser guider.

Si les sites de réservation ne vous inspirent pas confiance, vous pouvez choisir de simplement vérifier les motels où il reste de la place et de vous y rendre directement. Mais je trouve que ça a un côté plus stressant. À vous de voir !   Personnellement, j’aimais bien savoir que j’avais une chambre de réservée pour la nuit ; ça permettait de m’enlever ce poids de la tête et de ne plus y penser pour le restant de la journée.

Réserver un motel ou un hôtel

1 – Prospecter

Un petit conseil pour commencer : si vous voulez faciliter votre recherche, utilisez Google Map. Entrez le nom de l’endroit où vous souhaitez dormir.  

Prenons un exemple : vous souhaitez trouver un logement à Austin, dans le Texas. Tapez « Austin, Texas » sur Google Map.

Une fois que Google Map vous indique l’endroit, entrez à la place de “Austin” les mots “motels” ou “hôtels”. Puis, indiquez les dates pour lesquelles vous souhaitez réserver.

Vous pouvez également, si vous le souhaitez, déterminer au préalable une fourchette de prix.

Vous verrez apparaître tous les logements disponibles à cette date dans les environs d’Austin. Et surtout, les prix s’afficheront directement sur la carte. Ce système vous permet à la fois d’avoir une vision d’ensemble de la gamme des prix proposés autour d’Austin et de voir en un coup d’oeil où sont situés précisément les hébergements par rapport au(x) lieu(x) que vous souhaitez visiter pendant la journée. De même avec Booking, vous avez rapidement droit à des réductions de prix sur vos prochaines réservations.

Une fois que vous avez repérer un prix qui vous convient, cliquez dessus. Un encadré apparaît, dans lequel s’affiche le nom de l’hôtel et sa notation. Attention : Google affiche automatiquement les prix pour une chambre avec deux personnes.  Donc pensez bien à modifier le nombre de personnes si vous êtes plus ou moins nombreux.

Si cela vous paraît ok, cliquez dessus. Plus bas sur la page, vous aurez alors la liste de tous les sites de réservation qui proposent ce logement. Je vous conseille de privilégier Booking et Hotels. Ils proposent tous les deux des prix avantageux et sur trois mois, nous n’avons pas eu de problème. Avec Hotels, au bout de 10 logements réservés, vous avez droit à une nuit bonus, ce qui peut être avantageux si vous voyagez longtemps.

Je ne sais pas ce que valent les autres sites. Si jamais vous avez déjà testé des réservations ailleurs, n’hésitez pas à me faire part de votre expérience  !  

2 – Evaluer et comparer

Une fois que vous êtes sur le site de réservation, vérifiez bien toutes les informations : le nombre de personnes, les dates, les équipements, éventuellement s’il y a du WiFi, et SURTOUT, regardez bien les avis. En principe, la notation vous donne déjà un indice. Ne prenez jamais un motel en-dessous de 3/5.

Puis, vérifiez le nombre d’avis. S’il y en a très peu, c’est louche. Regardez enfin les commentaires des gens. Si 80 à 90% s’accordent pour dire que c’est bien, foncez. Au début, on n’était pas trop regardant là-dessus, et c’est ce qui nous a conduit à dormir dans LE motel de l’horreur à Walterboro.

–> Enfin, n’hésitez pas à comparer plusieurs hébergements : certains vous proposeront plus de commodités que d’autres pour le même prix.

Avec un budget moyen, vous ne trouverez pas toujours des hôtels avec de supers avis à un prix abordable. Parfois, on revoyait nos attentes à la baisse, et on savait qu’on aurait potentiellement une chambre sans micro-ondes ni réfrigérateur (pas pratique quand on achète toute sa bouffe en supermarché).

Le plus gros risque, c’est que la chambre pue la cigarette ou que la propreté laisse à désirer. Malgré notre vigilance, ça nous est arrivé quelques fois, mais sur 88 nuits à prix moyens, il fallait s’y attendre…  

3 – Réserver

Une fois que vous avez tout vérifié, vous n’avez plus qu’à sélectionner votre chambre, entrer les informations demandées, et payer. Pas de panique : au début ça peut faire peur et il n’est pas toujours facile de faire confiance à un site internet.

Nous hésitions beaucoup à procéder ainsi au début, mais quand on a vu que ça se passait bien, on n’a arrêté de réfléchir. Ce procédé nous a littéralement simplifié la vie et permis de faire des économies grâce aux réductions proposées par les sites.  

Petite note importante : si jamais vous vous rendez compte que vous êtes prélevés deux fois sur votre compte bancaire (ça nous est arrivé à plusieurs reprises), ne paniquez pas. C’est souvent le motel qui prélève une caution. Celle-ci vous sera intégralement remboursée à votre départ (si vous avez rendu la chambre en bon état bien sûr).Si ça n’est pas le cas, attendez deux ou trois jours, cela peut parfois mettre plus de temps (je ne vous cache pas que nous avons eu quelques coups de flippette les premières fois !). 

4 – Se rendre à son logement : comment faire un « check-in »

Lorsque vous arrivez sur les lieux, il vous suffit d’indiquer à l’hôte d’accueil que vous avez fait une réservation chez eux et à leur donner votre nom et prénom. Dès que vous effectuez votre réservation sur un site d’hébergement, celui-ci envoie directement l’information à l’hébergement que vous avez choisi.

L’hôte vous demandera alors une pièce d’identité et votre carte bancaire afin de valider la réservation. On vous demandera aussi parfois d’indiquer une adresse, la marque de votre véhicule et le numéro de votre plaque d’immatriculation.

Si tout est ok, l’hôte vous indiquera le numéro de votre chambre, son emplacement et vous donnera votre clé. Et vous n’avez plus qu’à vous installer pour la nuit !  

Réserver un emplacement de camping  

Réserver en ligne

Ici, ce n’est pas la même affaire que pour les hôtels. La plupart du temps, vous devrez effectuer votre réservation directement sur le site du camping ou le site des parcs nationaux.

Sinon, vous pouvez aussi réserver via le site recreation.gov, qui recense une bonne partie des campings du pays. 

Mais sachez que si vous ne réservez pas plusieurs mois à l’avance, vous aurez très peu de chance de trouver de la place (même au mois de mai, je vous le confirme).

Il faudra donc alors vous tourner vers les campings sur la base du  »premier arrivé, premier servi ».

Premier arrivé, premier servi

Qu’est-ce que cela signifie ? En gros, vous débarquez directement sur place et espérez obtenir un emplacement avant les autres.   

Et alors là, je vous le dis, ce sera le début d’un véritable challenge.

Première étape : vous devrez vous lever très tôt. 8h, c’est BEAUCOUP trop tard. Non messieurs dames, il faudra vous lever aux aurores si vous voulez ne serait-ce qu’espérer avoir un emplacement ! Car les Américains sont très matinaux et ils ADORENT le camping.

N’oubliez pas de prendre en compte le temps de trajet pour vous rendre de votre logement de la veille au camping.

Une fois sur place : 

  • commencez d’abord par prier très fort.
  • Puis, faites rapidement un état des lieux : s’il y a une file de 15 kilomètres devant le camping, abandonnez direct. Si jamais il y a quelques personnes qui attendent, n’hésitez pas à demander des informations au ranger pour savoir si des places vont se libérer et si ça vaut le coup d’attendre. Sinon, s’il n’y a aucun ranger aux environs, faites un tour du camping pour vérifier par vous-même s’il y a des emplacements disponibles. 

–> Vous pouvez essayer plusieurs campings. Sachez toutefois qu’ils seront probablement très éloignés les uns des autres et que plus l’heure tourne, moins vous aurez de chance de trouver un emplacement.

Si la chance est avec vous et que vous avez repérer une place disponible :

  • garez-vous tout de suite !
  • Puis, remplissez un petit formulaire à l’entrée du camping. Dans les parcs nationaux, il s’agit de petites enveloppes où vous pourrez glisser la somme que vous devez payer. Il y a une partie détachable sur laquelle vous indiquez le nombre de nuits durant lesquelles vous souhaitez rester et le nombre de personnes qui dorment à cet emplacement. Vous devrez placer cette petite fiche dans la pochette mise à votre disposition devant votre terrain. Un ranger passera plus tard vérifier si tout est ok et valider votre réservation.
  • Après cela, vous n’avez plus qu’à vous installer et surtout, vous détendre et profiter : vous avez accompli votre challenge du jour !

Et si après tout ce que je vous ai dit, vous venez d’abandonner complètement l’idée de camper, vraiment, je vous le certifie : si si si, mille fois si, tout ça vaut le coup !!!  

Notre expérience :   

Nous n’avons vraiment pas eu de bol avec les campings (ou alors nous n’étions pas encore assez rodés pour ça). Nous avions prévu de camper dans pratiquement tous les parcs nationaux où nous voulions rester plus d’une journée (excepté le Yellowstone où il faisait beaucoup trop froid) et finalement, nous n’avons réussi à camper que dans quatre d’entre eux. Piètre score.

–> Impossible de camper au Zion qui est certainement l’un des parcs les plus prisés pour le camping. Quand nous avons vu les trente voitures qui attendaient devant le guichet du ranger, nous avons direct abandonné cette merveilleuse perspective. Idem pour le Yosemite (en même temps, nous étions déjà au mois de juin, il ne fallait pas se faire d’illusions).  

–> Nous avons eu aussi une très mauvaise expérience à Sequoia National Park. Le ranger nous avait informé que nous aurions de la place car nous étions les septièmes à attendre et que justement, sept emplacements allaient se libérer dans la matinée. Nous avons donc attendus, confiants. Au bout de 2h, on nous a gentiment informé que finalement, il n’y avait que quatre emplacements de disponible. Alors faites confiance aux rangers, mais pas trop non plus (ou du moins, évitez les plans foireux comme celui-ci).   

Comment obtenir son matériel de camping ?  

Solution n°1 : vous emmenez votre tente et vos sacs de couchages avec vous dans l’avion. Mais dans ce cas, vous devrez prévoir d’être chargés ! À deux cependant, c’est largement faisable.   

Solution n° 2 : vous achetez tout votre matériel sur place.

Comme nous n’avions pas prévu de camper la première partie du voyage et que nous ne voulions pas être trop encombrés dans l’avion, nous avons opté pour la deuxième solution.

Où acheter son matériel ?

Nous avons acheté tout le matériel dans un Walmart (car aux Etats-Unis, vous ne trouverez pas de Décathlon (remarque, c’est pour bientôt : la marque française a ouvert une enseigne à San Francisco en avril 2019). Ici, le prix dans les magasins outdoor sont tout simplement exorbitants. Du coup, nous avons opté pour le bon marché, et ça a largement fait l’affaire. 

Si vous avez un peu plus de budget que nous, vous trouverez du super matériel chez REI, la marque de référence américaine.

Que faire du matériel acheté sur place au moment de repartir en France ?

Comme nous ne voulions pas repartir avec tout ce matériel dans l’avion de retour, nous avons posté, trois semaines avant de repartir en France, une annonce sur un groupe Facebook dédié aux Etats-Unis afin de refiler notre matériel (nous avions choisi de tout donner mais vous pouvez aussi essayer de le revendre si vous le souhaitez). Un couple de Belge qui habitait à San Francisco était intéressé. Nous les avons rencontrés lors de notre séjour là-bas et nous leur avons tout donné.   

Cette solution est-elle rentable ?

Oui. Tout le matériel a dû nous coûter environ 100 euros au total. 100 euros, c’est deux nuits (au moins cher) dans un motel. Au bout de trois nuits de camping à 10 euros, on peut dire que vous avez déjà rentabilisé votre matériel. Si jamais vous voulez camper un maximum de nuits durant votre voyage, ça me semble être la solution idéale. Cependant, si vous partez avant le mois de juin ou après le mois de septembre, prévoyez de très bons sacs de couchage car les nuits seront froides !   

Et pour ceux qui voudraient vraiment privilégier le camping pendant leur voyage, je vous renvoie à cet article ou celui-ci, bien plus détaillés. Comme nous avons finalement peu campé (notamment à cause des basses températures), je ne me sens pas assez légitime pour vous donner plus de conseils sur cette question.  

Et voilà ! Je pense avoir fait le tour en ce qui concerne la question des hébergements aux Etats-Unis. Si vous avez besoin d’autres informations, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires !  

–> Pour continuer à préparer votre voyage, cet article pourrait vous intéresser : Louer une voiture et conduire aux Etats-Unis